Course
Ecotrail Paris 2011 : 50 et 80 km
 
4 commentaires

Ecotrail Paris 2011

Samedi 26 mars 2011, alors que 4 membres de la Runnosphère effectuaient l’Ecotrail de Paris, à savoir Lamiricoré sur le 80km, et Bastien(alias Djailla), Cédric et Maya sur le 50km, un journaliste venant d’un lointain pays, et ayant eu vent de la présence des 4 compères, est venu leur poser quelques questions. Et c’est avec un très grand plaisir et dans une ambiance très détendue que s’est effectué cet entretien.

Interview de Lamiricoré (80 km) :

As-tu effectué une préparation spécifique ?
5 séances hebdo sur 12 semaines =

  1. VMA courte (200-300-400m)
  2. endurance fond 45′ à 1h
  3. seuil ou fartlek au feeling
  4. endurance 45′
  5. sortie longue avec D+ sur 2 à 3h

Ça donne environ 60 à 70km par semaine…

Je m’entraîne toujours de cette façon quelque soit la distance du Trail, j’aime ça et je ne me prends pas la tête à planifier mes séances, je cours les fractions au feeling selon la forme du moment 😉

Lamiricoré

Lamiricoré

Quelle a été ta sensation lorsque tu es arrivé sur le site du départ?
La base de loisirs de St Quentin en Yvelines : un champ immense de xx hectares, de la place pour aligner 10000 coureurs, ça promet pour les années futures ! Mais ce jour là, on avait l’impression de n’être qu’une dizaine… Pas de stress particulier avec mon coéquipier Yinyin, nous étions sereins et puis on s’est dit qu’on allait avoir le temps de stresser sur 82km 😉

Comment as-tu géré tes ravitaillements durant la course ?
J’ai eu beaucoup de mal avec les ravitos justement : je les ai trouvés beaucoup trop éloignés :

Km22 – km56 !! – km73 – km82

34km entre les deux premiers, j’ai vraiment cru que je lécherais le sol mouillé pour m’alimenter ! Je n’avais plus d’eau et que des gels sucrés … je rêvais d’une bonne soupe … qui est arrivée à point !!!

Avais-tu une stratégie de course ?
Oui et NON : en fait Yinyin mon coéquipier avait une stratégie mais il m’a lâchement abandonné au km30 environ … j’ai donc décidé de partir plein gaz jusqu’au ravito du 56km puis de gérer jusqu’à l’arrivée en m’arrêtant 2×15′ pour m’alimenter correctement 😉

Etait-ce ton 1° Trail ? Si oui as-tu envie d’en faire d’autres ?
Non ce n’est pas le premier et oui je risque d’en faire un paquet encore si tout va bien 😉

Il y a-t’il une chose qui t’a déplu, ou que tu aimerais faire évoluer ?
Le prix de l’inscription 78€ c’est quand même pas donné !

Quel a été ton meilleur moment durant la course ?
Bien entendu le parvis de la tour Eiffel où un paquet de monde crie ton nom !!!

Si tu devais résumer cette course en 1 mot, quel serait-il ?
Ici c’est Paris !!!

A l’année prochaine ?
Non ! Plus de $$$$$

 

Interview de Bastien (alias Djailla) (50 km) :

As-tu effectué une préparation spécifique ?
Je me suis forcé à courir au moins 3 fois par semaine, avec des sorties longues, du fractionné, mais tout en gardant le plaisir de courir avec des amis ! Pas de plans précis par contre, je le ferai peut être la prochaine fois ! De même, il me manquait un peu d’entraînement avec du dénivelé, car le profil avec une alternance rapide entre cotes et descentes était très cassant.

Quelle a été ta sensation lorsque tu es arrivé sur le site du départ ?
Une excitation, un peu de stress, mais vite dissipé en rigolant avec Maya et Cédric que j’ai vite retrouvés ! Mais une ambiance vraiment sympa, pas du tout le stress des sas et des grandes courses parisiennes où il faut arriver 1h avant la course. Là tout le contraire, un petit déj’ offert par l’organisation, un transfert en RER et bus parfait, bref, les conditions idéales.

Bastien (alias Djailla) et Cédric en super forme au 1° ravitaillement

Bastien (alias Djailla) et Cédric en super forme au 1° ravitaillement

Comment as-tu géré tes ravitaillements durant la course ?
Assez mal je crois, je me suis bien alimenté jusqu’au 20ème kilomètre, mais ensuite j’ai un peu négligé l’apport énergétique jusqu’au premier ravitaillement au 28ème kilomètre où je suis arrivé assez affamé et avec une grande soif et j’ai un peu abusé du Coca et de l’eau gazeuse… Moralité, je l’ai payé en fin de course. Pour le second ravito, je me suis forcé à prendre mon temps, chose vraiment bénéfique car j’ai retrouvé Cédric perdu un peu plus tôt pendant la course. Grâce à lui je me suis forcé à manger salé 🙂

Avais-tu une stratégie de course ?
Pas vraiment, c’était vraiment une première pour moi, l’objectif était vraiment de ne pas partir trop vite, gérer mais surtout en profiter

Etait-ce ton 1° Trail ? Si oui as-tu envie d’en faire d’autres ?
Premier trail en solo, j’avais déjà participé à la SaintéLyon en relais, mais c’était ma plus grande distance toutes courses confondues, donc on peut dire que c’était une première. Et pour le coup, je suis conquis, peut être pour des distances un peu plus courtes du genre 30 km ou sinon une grande sortie cet été avec plus de dénivelé.

Il y a-t’il une chose qui t’a déplu, ou que tu aimerais faire évoluer ?
Comme pour la SaintéLyon, je trouve toujours que l’arrivée dans les villes est rude après les kilomètres parcourus dans les bois. Le passage entre Issy Les Moulineaux et Paris était vraiment le pire du parcours, sur un étroit trottoir, avec un gros axe routier juste à côté 🙁 Une arrivée au sommet du parc de Saint Cloud offrirait un itinéraire plus homogène.

Quel a été ton meilleur moment durant la course ?
Vers le 30ème kilomètre, quand j’ai croisé un pote tout juste rentré de voyage professionnel et sa copine, sur leurs vélos et qui m’ont suivi pour m’encourager à plusieurs points de passage sur la course ! Ensuite, le moment où j’étais assez mal, j’ai aperçu Cédric arriver tout fringuant, me demander comment ça allait et me proposant le plus simplement du monde de repartir avec lui à l’assaut des derniers kilomètres de la course 🙂 Mais aussi cette dernière ligne droite avant l’arrivée, grosse montée d’adrénaline, explosion intérieure de joie !

Si tu devais résumer cette course en 1 mot, quel serait-il ?
Convivialité. Une ambiance toute particulière, sûrement grâce à la rencontre au préalable de mes 2 compères de course, Maya et Cédric, avec qui j’ai fait une superbe course !

A l’année prochaine ?
Je pense, l’avantage certain de cette course est qu’elle se court en région parisienne, facile à préparer et à organiser. Et cette fois, je me préparerai plus sur du dénivelé !

 

Interview de Cédric (50km) :

As-tu effectué une préparation spécifique ?
Aidé par Anne Valero, j’ai essayé de me préparer au mieux. Malheureusement, des éléments personnels et professionnels ne m’ont pas laissé beaucoup de temps pour bien suivre le plan établi…

Quelle a été ta sensation lorsque tu es arrivé sur le site du départ ?
Du monde, une super ambiance et surtout j’ai pu retrouver Bastien et Maya rapidement, ainsi que d’autres personnes avec qui j’avais discuté lors de ma sortie de reconnaissance du parcours, organisée par Anne.

Comment as-tu géré tes ravitaillements durant la course ?
Il a fait très chaud au départ, et ma poche d’eau de 2L a fondu comme neige au soleil (l’image est assez bonne je trouve). Donc premier ravito (qui était vraiment loin), recharge d’eau avec un fond de boisson énergique (pas trop quoi) et du chocolat ! Puis au 2e ravito (où j’ai récupéré Bastien), je me suis tourné vers Coca + salé (mmmhhh le saucisson et les crackers Belin).

Avais-tu une stratégie de course ?
Finir ! 🙂

En fait non, je n’avais pas de stratégie car c’est la première fois que je faisais en trail une aussi grande distance (j’ai déjà fait plus sur du plat). Je savais que ça allait monter, descendre, monter, descendre, monter, descendre… et que j’allais en avoir marre à un moment… Ce qui n’a pas loupé d’ailleurs, entre le 1er et le 2e ravito… j’en avais marre pour être honnête !

Etait-ce ton 1° Trail ? Si oui, as-tu envie d’en faire d’autres ?
Pas premier trail, mais premier aussi long… Et oui, ça me tenterait bien d’autres mais pour l’instant, je vais sans doute me consacrer au tout-plat, tout-long 🙂

Il y a-t’il une chose qui t’a déplu, ou que tu aimerais faire évoluer ?
Annoncer 50, puis 53 et finir par 56km (55,95 au final sur ma Garmin), on a beau dire c’est que 3 ou 6km de plus, ça fait toujours ça a courir en plus… Sinon, organisation impeccable comme l’année dernière,

Quel a été ton meilleur moment durant la course ?
Le départ avec Bastien et Maya, lorsqu’on s’est retrouvés au 1er Ravito, lorsque j’ai retrouvé et fini avec Bastien (ou presque, désolé pour le « sprint » final mais les yeux me piquaient horriblement avec la pluie et la transpiration accumulée) et surtout, l’arrivée, signe de délivrance !

Si tu devait résumer cette course en 1 mot, quel serait-il ?
Découverte. De la distance en trail et de nouveaux amis (Bastien, Maya et d’autres personnes rencontrées au fil de la course).

A l’année prochaine ?
Pas certain de m’y représenter l’année prochaine car j’ai peu de temps. Après, il y a les 24h de Brives, le must du 24 heures donc on verra 🙂


Interview de Maya (50km) :

As-tu effectué une préparation spécifique ?
Comme je m’étais inscrit sur le 50km, j’ai suivi un plan d’entraînement marathon sur 8 semaines. Je sortais de blessure aussi, mes séances de VMA étaient très progressives, je ne faisais aucune accélération franche car c’est ainsi que je m’étais blessé.

Quelle a été ta sensation lorsque tu es arrivé sur le site du départ ?
Tout d’abord, nous sommes arrivés dans le parc du Château de Versailles en bus alors que d’habitude aucun véhicule n’y pénètre. Je me suis revu enfant, arrivant le 1° jour sur le lieu de la colonie de vacances. Puis j’ai apprécié l’ambiance détendue qui régnait, aucune fébrilité d’avant course, nous étions tous sereins, détendus et contents d’être là.

Comment as-tu géré tes ravitaillements durant la course ?
Habitué aux courses sur route, j’ai commencé par m’alimenter tout les 5km, le relief aidant, j’ai préféré m’alimenter toute les 1/2 heure. Plutôt que sur la distance, j’ai préféré me baser sur le temps écoulé. Et, sur les aires de ravitaillements, je suis resté 30mn sur le 1° car je n’étais vraiment pas au mieux et j’ai pris mon temps . Sur le second, je ne suis resté « que » 20mn à savourer une soupe aux vermicelles en plaisantant et en discutant avec d’autres coureurs.

Maya trinquant à sa fatigue sur le 1° ravitaillement

Maya trinquant à sa fatigue sur le 1° ravitaillement

Avais-tu une stratégie de course ?
Ma stratégie était de terminer et de prendre plaisir à faire cette course.

Objectif doublement atteint !! 😉

Etait-ce ton 1° Trail ? Si oui, as-tu envie d’en faire d’autres ?
Effectivement, c’était mon 1° trail, et, l’ambiance de course était si agréable et le comportement des coureurs si calme et détendu que j’en éprouverai presque le besoin de revivre à nouveau une si belle expérience.

Il y a-t’il une chose qui t’a déplu, ou que tu aimerais faire évoluer ?
Le balisage était très régulier et à aucun moment nous n’avons hésité quand à la route à emprunter, aux ravitaillements, la nourriture était vraiment abondante.

Mais le seul petit reproche que je ferais c’est qu’ initialement le 1° ravitaillement était prévu au 27°km et il s’est retrouvé entre le 29° et le 30° km. Une pancarte indiquant la distance jusqu’au prochain ravitaillement aurait été la bienvenue.
De même, en fin de course, nous sommes passés de 53 à 56 km, être prévenu auparavant aurait évité une petite baisse de moral.

Quel a été ton meilleur moment durant la course ?
Hormis le fait que j’ai fait les derniers 300 mètres avec une personne et que nous nous sommes encouragés l’un l’autre avant de franchir la ligne d’arrivée ensemble, paradoxalement, j’ai vraiment apprécié l’ambiance régnant sur les ravitaillements, tout le monde discutant et plaisantant avec son voisin sans se connaître. Ambiance tellement particulière et si nouvelle pour moi, qu’à un moment, sur chacun des 2 ravitaillements, j’en avais presque oublié que j’étais dans une course.

Si tu devais résumer cette course en 1 mot, quel serait-il ?
Convivialité !

Les coureurs partagent cet esprit qui fait qu’il n’existe aucune rivalité entre chacun d’entre nous. Nous sommes là pour prendre plaisir sur une course.

A l’année prochaine ?
Probablement. La course est exigeante mais tellement agréable.

 

Les compte rendus de la Runnosphère :

Lamiricoré : Ecotrail Paris 2011 – 82km 1500D+

Bastien : 177eme sortie-Ecotrail 50km Finisher

Cédric : En cours…

Maya : Ecotrail Paris 2011 : En route vers l’arrivée

Interview de Cédric (50km) :

As-tu effectué une préparation spécifique ?

Aidé par Anne Valero, j’ai essayé de me préparer au mieux. Malheureusement, des éléments personnels et professionnels ne m’ont pas laissé beaucoup de temps pour bien suivre le plan établi…

Quelle a été ta sensation lorsque tu es arrivé sur le site du départ ?

Du monde, une super ambiance et surtout j’ai pu retrouvé Bastien et Maya rapidement ainsi que d’autres personnes avec qui j’avais discuté lors de ma sortie reconnaissance parcours organisé par Anne.

Comment as-tu gérer tes ravitaillements durant la course ?

Il a fait très chaud au départ, et ma poche d’eau de 2L a fondu comme neige au soleil (l’image est assez bonne je trouve). Donc premier ravito (qui était vraiment loin), recharge d’eau avec un fond de boisson énergique (pas trop quoi) et du chocolat ! Puis au 2e ravito (où j’ai récupéré Bastien), je me suis tourné vers Coca + salé (mmmhhh le saucisson et les crackers Belin).

Avais-tu une stratégie de course ?

Finir ! 🙂

En fait non, je n’avais pas de stratégie car c’est la première fois que je faisais en trail une aussi grande distance (j’ai déjà fait plus sur du plat). Je savais que ça allait monter,descendre,monter,descendre,monter,descendre et que j’allais en avoir marre à un moment… Ce qui n’a pas loupé d’ailleurs, entre le 1er et le 2e ravito… j’en avais marre pour être honnête !

Etait-ce ton 1° Trail ? Si oui as-tu envie d’en faire d’autres ?

Pas premier trail, mais premier aussi long… Et oui ça me tenterait bien d’autres mais pour l’instant je vais sans doute me consacrer au tout-plat, tout-long 🙂

Il y a-t’il une chose qui t’a déplu, ou que tu aimerais faire évoluer ?

Annoncer 50, puis 53 et finir par 56km (55,95 au final sur ma Garmin),on a beau dire c’est que 3 ou 6km de plus, ça fait toujours ça a courir en plus… Sinon, organisation impeccable comme l’année dernière,

 

Quel a été ton meilleur moment durant la course ?

Le départ avec Bastien et Maya, lorsqu’on s’est retrouvé au 1er Ravito, lorsque j’ai retrouvé et fini avec Bastien (ou presque, désolé pour le « sprint » final mais les yeux me piquaient horriblement avec la pluie et la transpiration accumulée) et surtout, l’arrivée signe de délivrance !

Si tu devait résumer cette course en 1 mot, quel serait-il ?

Découverte. De la distance en trail et de nouveaux amis (Bastien, Maya et d’autres personnes rencontrées au fil de la course).

A l’année prochaine ?

Pas certain de m’y représenter l’année prochaine car peu de temps après il y a les 24h de Brives, le must du 24 heures donc on verra 🙂

EcoTrail Paris 2011 – 82km 1500D+

Commentaires (4)
Trackbacks (0)
julien
mercredi 6 avril 2011, à 18:35
très sympas ces petits interview, et très complémentaires des cr des blogs.
Encore bravo à tous !
Didrun72
mercredi 6 avril 2011, à 19:50
Un grand bravo à tous !!
lamiricore
jeudi 7 avril 2011, à 08:07
Merci Maya pour la rédaction de l'article ;)
James
jeudi 7 avril 2011, à 16:20
Je ne suis pas d'accord sur le kilométrage que vous avancez. J'ai trouvé 54,5km pour le parcours avec le Garmin avec le premier point de ravitaillement à 28,3km et le deuxième à 44km. Par contre, je suis d'accord avec les commentaires concernant les 10 derniers kilomètres que j'ai trouvé bien longs également.
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment