Chaussures, Partenariat Vibram FiveFingers, Test Matériel
Five Fingers : 1 mois et quelques jours plus tard
 
9 commentaires

Voilà ! L’heure du premier bilan est arrivé ! La runnosphère a le plaisir d’avoir noué un solide partenariat avec comme pieds nus pour faire tester à 5 de ses membres les Vibram Five Fingers Bikila et les mettre sur le chemin du minimalisme. Les impressions ont été données dans nombre de leurs billets, mais la runnosphère leur laisse la parole pour qu’ils vous expliquent en quelques mots leur transition vers moins de semelle et plus de liberté !

Mais comment se passe cette transition en douceur ? En douceur est bien le mot à utiliser, car le changement de foulée a des conséquences diverses :

  • Shuseth : Après 4 km et des bananes, je sens que mon mollet droit commence à tirer. Je décide d’arrêter ma sortie pour faire une montée en cadence progressive, histoire de ne pas se blesser bêtement.
  • Maya : Les 3 premiers kilomètres se dérouleront sans aucun souci, mais au 3ème, je commence à sentir mes mollets se raidir. Je ralentis l’allure et la sensation diminue mais reste bien présente. J’arrêterai la séance au bout de 5km.
  • SebRom : Super sensations avec une pose du pied quasi à plat, une foulée plus rasante (je relève moins l’avant du pied).
  • Franck : Une modification légère mais notable s’est effectuée dans ma foulée avec cette sortie : j’attaque moins par l’avant pied que précédemment
  • Mathes : j’ai ressenti une gêne au niveau du soleus (le muscle entre le mollet et le pied), rien d’alarmant mais je sent un tiraillement.

5 coureurs et autant de ressentis. La transition doit se faire en douceur, et chacun à sa méthode, Franck court en vibram en guise d’échauffement de ses séances de fractionnées, Maya alterne marche et course, Sebrom participe à la rencontre IBRS et durant cette rencontre, un footing de 7 km en vibram, shuseth a participé à la Crazy Jog en vibram, Mathes accumule les kilomètres a en oublier ses anciennes chaussures.

Mais que pensent nos protagonistes (ceux qui ne sont pas encore partis en vacances), après ce premier mois :

Shuseth : »Ce premier mois aura été le mois de la transition. Après quelques sorties douloureuses (surtout le lendemain), ma foulée s’est adaptée pour finir par être naturelle. Maintenant, je peux presque faire les mêmes sorties en VFF qu’en chaussures « classiques », seul bémol, lorsque le chemin devient trop rocailleux… Il reste à pérenniser pour le Paris-Versailles qui commence à se profiler à l’horizon. Plus que 72 jours… »

 

Mathes : « Un mois pour redécouvir la course à pied, j’ai eu l’impression de me relancer dans mon sport favori, le premier mois fut celui de la transition, de l’adaptation… Maintenant viens doucement le temps de la préparation. »

 

Franck : « J’ai véritablement commencé ma transiion légèrement après les autres membres de la runnosphere pour cause de compétition… C’est donc après mon plan 10km et avant d’attaquer mon plan d’entrainement pour le Paris-Versailles que j’effectue ma première vraie sortie minimaliste de 7km environ. J’y observe bien une foulée plus courte et orientée sur l’avant pied. Mais les entrainements passants et l’experience s’accumulant, ma foulée continue à se modifier : j’arrive maintenant plus sur le plat du pied… Au bout de trois semaines, j’effectue maintenant quasiment tous mes échauffement en VFF ! Le dernier en date, sur le tartan du stade Paul Faber m’a montré que sur terrain souple, il m’était possible d’avoir une foulée bien plus longue et plus souple que sur terrain dur comme le bitume ! La transition est donc bien sur les rails… Même si parfois certain raillent mon accoutrement.  Les Vibrams font réagir ! »

 

 

Il nous reste maintenant un peu plus de 2 mois pour bien préparer le Paris Versailles, et n’oubliez pas que vous pourrez remporter une paire de vibram bikila grâce à commepiedsnus.com
Commentaires (9)
Trackbacks (0)
Nicolas
mardi 19 juillet 2011, à 11:40
ça tire dans les mollets hein ! :)
Hier j'ai fait une première sortie en tentant le "pose running" (voir sur google). Je ne suis pas en VFF, mais des running type racer. J'ai le mollet droit bien dur, mais j'ai l'impression que ma foulée s'adapte rapidement et j'ai dû mal à revenir en arrière.
A voir sur la durée.
Daniel
mardi 19 juillet 2011, à 12:05
Un bonheur de lire tout cela !!
Si tous les coureurs étaient aussi raisonnables et que toutes les transitions se passent aussi bien, la preuve serait faite que le minimalisme est une option positive !
Les "douleurs" ou plutôt dans votre cas, les "sensations douloureuses", car vous savez être progressifs, sont non seulement normales, mais la démonstration du transfert d'amorti de la chaussure (avec ses inconvénients) à votre musculature (avec ce qu'elle a de naturel).
La Runnosphère montre l'exemple et ça va se savoir !!
philippe
mardi 19 juillet 2011, à 13:27
Bravo les gars, continuez comme ça !

PS : ça manque un peu de photos pour illustrer votre histoire ;)
julien
mardi 19 juillet 2011, à 13:36
une belle progression à suivre de près :)
Attention à bien rester dans le minimalisme "raisonné" et pas "enthousiaste' ;)
Je suis par ailleurs étonné que tout le monde s'y sente bien dans ces gants de pieds.
Est ce que cela convient à tout le monde ? Ou à partir du moment où on fait l'effort d'essayer, on y reste ? (quoiqu'il arrive)

Je suis pour le moment assez convaincu de ce genre de chaussures ; mais je reste "attentif". Peut-être que je changerais d'avis ?

Je ne crois pas avoir lu d'article où quelqu'un aurait fait machine arrière et serait revenu à des chaussures très amorties (hors kinvara par ex)
BrunoChauzi
vendredi 22 juillet 2011, à 17:46
Les five fingers sont à l'origine de ma deuxième remise en question majeure depuis que je cours ( ça fait longtemps ...) , la première était le port du cardiofréquencemètre en 96 ( au siècle dernier ! )
Daniel
vendredi 22 juillet 2011, à 21:41
@ Julien : tout à fait de ton avis (et même plus !!) pour le minimalisme "raisonné"... On le rabâche assez !!

Ceci dit, qu'on se sente bien dans des VFFs, c'est normal... c'est fait pour ça !! ;-) Il n'y a aucune raison que cela convienne pas à tout le monde, puisque nous sommes tous faits pareil et que les chaussures minimalistes nous (re)donnent cette façon naturelle de courir...

Pour finir, tu as 1000 fois raison de rester attentif : une transition ne doit jamais être un coup de tête ou une tendance : mais n'hésites pas trop, le temps passe.... ;-) surtout que tu as donné toi-même la conclusion : je ne connais pas non plus de coureurs étant revenu à l'amorti, y compris d'ailleurs les "accidentés" qui ont compris pourquoi et ont continué malgré tout (Fred Brossard, si tu me lis !...) !! Bonne chance, Julien !...
Mathes
vendredi 22 juillet 2011, à 22:25
Pour ma part, je teste depuis 1 mois les vibram je suis également bien dedans, mais je suis bien aussi dans mes autres running, donc je suis devenu un adepte du minimalisme mais de temps en temps.
Daniel
vendredi 22 juillet 2011, à 22:53
Ce qu'il faut à mon avis, c'est mettre en phase ses objectifs, ses sensations, et l'évolution que l'on ressent... A partir de là, on vit son sport dans les meilleures conditions et c'est l'essentiel ! Il n'y a pas de Vérité en minimalisme, n'en déplaise à ceux qui pour des raisons qui leur appartiennent, veulent toujours nous faire passer pour des gourous... ;-)
Manon
mardi 18 avril 2017, à 12:44
Merci de l'info, ça pourra servir à d'autres bloggeurs
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment