Course
Les lions dans l’arène: Semi-Marathon de Rueil-Malmaison
 
2 commentaires

Par un dimanche matin au temps incertain, la Runnosphère a pu néanmoins compter sur la présence déterminée de six de ses fiers représentants lors du semi-marathon des Lions qui se déroulait à Rueil-Malmaison. Dans une ambiance conviviale, familiale et détendue, tout le monde a pu se saluer chaleureusement avant de se lancer à l’assaut des bornes.

A chacun ses motivations, ses objectifs et ses victoires, petit tour de table pour en apprendre davantage.

 

 

Jean-Alexandre dit Kejaj avait espéré faire un temps se situant entre 1h40 et 1h45. Aussi, avec un temps de 1H38 et 40 secondes peut-il considérer le contrat comme amplement rempli !

Jean-Alexandre a saisi l’opportunité offerte par la Runnosphère pour participer à cette course et l’a intégré intelligemment à son plan d’entrainement visant à l’emmener jusqu’au marathon de Paris.

Cette jolie performance lui permet de s’étalonner et se rassurer à quelques semaines de l’échéance.

Considérant le parcours de la course comme accessible, agrémenté d’une bonne diversité de revêtements, il déplore cependant comme de nombreux coureurs l’étroitesse de celui-ci lors des premiers kilomètres et les difficultés qui s’en sont suivies pour se faire une petite place. Une difficulté bien vite oubliée néanmoins, face à une organisation exemplaire, le dévouement des bénévoles, la mise à disposition d’un gymnase ainsi que d’une piste d’échauffement à proximité du départ. Bien que la douleur ait pointé son petit nez à partir du 15ekilomètre, Jean-Alexandre aura pu s’en remettre aux encouragements chaleureux glanés sur le trajet par une foule aussi anonyme que sympathique. Bouclant ainsi son deuxième semi-marathon, il améliore son record officiel de 10 belles secondes. De ce moment, il aime à évoquer les encouragements à l’intention de la runnosphère à l’approche de l’arrivée, ce qui constitue toujours pour lui une source d’étonnement après l’avoir déjà expérimenté lors du Paris-Versailles de l’an passé. C’est aussi ça la Runnosphère, des surprises à vous couper le souffle !

Enfin avoue-t-il pudiquement sa fierté à voir son petit frère arriver en 1h43. «  En parfait negative split de surcroit », ajoute-t-il. Les deux hommes iront ensemble en découdre au marathon de Paris dans moins d’un mois. D’ici là, Jean-Alexandre considère sérieusement l’éventualité de revenir l’année prochaine à Rueil et apprécie les initiatives de la Runnosphère à leur juste valeur. Pour lire le compte-rendu de sa course, c’est par ici http://jaj360.blogspot.fr/



Pour notre ami Giao, ce dimanche matin avait un double visage : une sortie allure marathon cible  pour aller dans le sens d’un objectif fixé à 3h30 à Paris  le mois prochain, et faire le lièvre pour son ami Roland afin de lui permettre de battre son record sur semi de 1h47 établi au semi de Paris deux semaines auparavant. Contrat rempli sur les deux tableaux puisque Roland a fêté ses 62 ans avec un nouveau record d’affilée sur la distance et Giao bien tenu son allure sans aucune sensation de fatigue sur l’ensemble de la course.

Interrogé sur la spécificité de ses entrainements, Giao confesse tout simplement n’avoir aucun programme particulier mais faire tout de même un volume de 60 à 80 km par semaine incluant deux séances de fractionnés le samedi et le mardi, sauf lorsqu’une course à objectif de temps vint s’intercaler  le dimanche, comme lors du semi de Paris le 4 mars 2012 dernier. Comme son collègue et ami Jean-Alexandre, Giao a choisi cette course pour son placement idéal à 4 semaines du marathon de Paris.

Celle-ci fait en outre suite à un autre semi la semaine passée  où notre infatigable et dévoué Giao faisait déjà le lièvre pour une amie lors du semi de Rambouillet. S’il constate lui aussi une petite difficulté lors des premiers kilomètres de la course, il entend résolument positiver et évoque l’organisation sans faille, décrivant un retrait des dossards ultra efficace et une consigne tout aussi bien agencée.

Toujours attentif aux émotions qui ne manquent pas de surgir durant une épreuve, Giao relate avec beaucoup de sensibilité son émotion lorsqu’il  a croisé un coureur qui poussait un vieux monsieur en fauteuil roulant.« Ca m’a touché. Peut-être m’y mettrai-je un jour si je parviens à persuader à mon papounet de s’installer. Il a été victime d‘un AVC fin 2009 et depuis il n’a plus la même pêche qu’avant et je me dis que s’il était partant ce serait une belle expérience à vivre entre père et fils » nous livre-t-il.

Giao est ainsi. Un éternel optimiste, un acharné du dépassement, pudique et sincère, enclin à penser aux autres davantage qu’à lui. Pour lui qui détient à ce jour un record de 3h53 sur marathon, l’objectif de 3h30 signifie beaucoup. Espérons que ce semi très réussi lui donnera l’assurance nécessaire pour aller au bout du rêve. Nous lui souhaitons  en tous les cas une bonne fin de préparation et pour lire son billet sur sa course au semi des Lions, c’est par là http://www.giao.fr


Pendant ce temps, le grand patron de la Runnosphère Greg avait aussi enfilé courageusement les baskets.

L’entreprise était d’autant plus courageuse qu’en ce matin tranquille, Greg avait pour responsabilité d’emmener Julien vers un nouveau record. Après concertation, les deux compères s’étaient fixés un temps de 1h32. Greg aura emmené son ami sur 1h32 et 16 secondes. Une précision parfaite pour une réussite qui l’est tout autant ! Pour Greg aussi, le semi de Rueil signe une étape importante dans sa préparation en vue du marathon de Paris. Deux semaines auparavant, il avait pu s’essayer sur le semi de Paris et battre son record personnel de 2 minutes, bouclant l’épreuve en 1h27 et 57 secondes.

Rueil-Malmaison se voulait donc un temps pour partager et se rassurer quant à ses acquis. S’il convient qu’il faut jouer des coudes au début du parcours, il préfère mettre l’accent sur l’esprit convivial de la course, la gentillesse des bénévoles et la dévotion de l’organisation,  le sourire des spectateurs. Au delà de cela, Greg revient avec lucidité sur son expérience et le poids de la responsabilité pour celui qui court pour l’autre. « J’avais en permanence peur de ne pas courir assez vite ou alors trop vite. Aussi, quand julien s’est arrêté net, j’ai cru que je l’avais cramé et que j’allais lui faire rater son objectif. Finalement, il est reparti et je l’ai maintenu à bloc jusqu’au bout pour qu’on remporte cet objectif! ».

Il faut dire qu’au 16e kilomètre, les deux amis ont vu arriver un troisième membre de la Runnosphère en la personne de Philippe. Et c’est finalement ensemble que les trois hommes ont franchi dignement la ligne d’arrivée. Une belle leçon de partage et d’esprit d’équipe. L’an prochain, c’est certain, Greg reviendra à Rueil. Il n’oublie d’ailleurs pas à cet effet l’organisation et Patrick de runningcafé.fr qui ont permis d’offrir des dossards aux membres de la communauté. Nous reste enfin  à souhaiter bonne chance à Greg pour le marathon de Paris en 3h15 et lire son truculent billet ici http://www.greg-runner.com/2012/03/21/mon-semi-de-rueil-malmaison-2/


Philippe
que nous appellerons pour l’occasion « l’homme du 16ekilomètre » était candidement venu pour une sortie longue, après un semi marathon de Paris totalement réussi en termes d’objectif, et en vue du 80 kms de l’Ecotrail le samedi 24 mars prochain.

Comme tous les autres participants, il constate calmement un début de course laborieux mais préfère retenir une organisation parfaite, des bénévoles chaleureux et une parcours agréable avec des relances intéressantes et un revêtement varié, allant dans le sens d’une diversification fort à propos.

Durant sa course, il songe à son rendez-vous la semaine suivante. Philippe est tranquille, à l’aise et rien ne vient perturber son calme olympien…Jusqu’au passage du 15 au 16e kilomètre. Là, notre Philippe découvre un Julien arrêté net et un Greg dans l’expectative, ne sachant pas s’il doit le pousser ou respecter son choix.

L’arrivée inattendue de Philippe signe la reprise de la course pour Julien et Greg et c’est tous ensemble, dans le partage et un merveilleux esprit d’entraide, que les trois sportifs passent la ligne d’arrivée. Philippe conclue enfin par un signe de reconnaissance à l’adresse de la Runnoshère qui lui a permis d’obtenir son dossard. « C’est une vraie opportunité d’être invité à prendre part collectivement à des événements tels que le semi-marathon des lions. On sait à l’avance qu’on va passer un bon moment ».Pour revenir sur ses impressions, faites un petit tour par là: http://jahom.wordpress.com/2012/03/19/semi-marathon-des-lions-2012-pour-rugir-de-plaisir/

Quant à Julien, l’objectif, comme il le décrit non sans une bonne dose d’humour et d’humilité, était d’aller le plus vite possible ! Notre fusée humaine souhaitait donc jauger sa vitesse à 6 semaines de son prochain trail, le Nivolet-Revard le 5 mai prochain, sur 51km et 2700m de dénivelé positif.

Suivant pour progresser presque à la lettre un plan « Bruno Heubi » spécial semi-marathon, disponible sur le net, Julien constate déjà les progrès réalisés. Habitant de Rueil, cette course tombait idéalement tant au niveau géographique que dans son agenda. Et comme la Runnosphère avait obtenu des invitations gracieuses, tout semblait parfaitement s’imbriquer.

Philosophe, il considère que les difficultés du début de course forcent  précisément les coureurs à ralentir l’allure et que le parcours agréable des bords de Seine accompagne parfaitement la course, au rythme par ailleurs des « Rumbata ». Si les 13 premiers kilomètres auront semblé aisés,  les 3 suivants auront été meurtriers. Le suivant l’aura été plus encore. Finalement, les 4 derniers kilomètres auront été effectués dans un état vaguement second que lui-même décrit comme « avec mon cerveau débranché ». Cependant, notre civique Julien aura le cerveau bien en éveil pour réprimander un coureur irrespectueux qui aura cru bon jeter son gobelet n’importe où après le ravitaillement sous prétexte que les bénévoles le ramasseront vraisemblablement.  Coureur éco-responsable notre Julien ! L’an passé, Julien avait déjà couru le semi de Rueil mais la solitude aura alors eu raison de son enthousiasme. Cette année, la solidarité Runnosphère aura totalement changé la donne ! Pour lire le billet de sa course haute en couleurs, par ici :

http://mangeurdecailloux.com/semi-marathon-de-rueil-2012-cr/

Enfin, la souris Anne-Sophie revenait de blessure et signait alors son retour après un entrainement relâché pour cause notamment de vacances en Inde.

Sans objectif de temps, si ce n’est de finir sous la barre des 2h, la souris avait embarqué dans l’aventure sa petite cousine qui n’avait jamais osé courir pour de 10 bornes.

Victoires de part et d’autre puisque le rongeur aura bouclé sa course en 1h54 et sa petite protégée en 2h07. Tranquille sur toute la course bien que vaguement ébranlée au 16e, l’animal aux dents pointues aura trottiné joyeusement à plus de 11kms à l’heure, avec des Adizero Adios récemment achetées, dont elle ne tarit pas d’éloge. Pas de marathon de Paris ou d’événement particulier, 2012 se veut l’année de la liberté pour la petite bestiole qui aura finalement bénéficié de l’offre de la Runnosphère pour venir à Rueil,  la ville de son enfance. De cette course, Anne-Sophie retient une organisation fluide et sympathique, un temps clément qui aura tenu durant toute l’épreuve et du saucisson lors du dernier ravitaillement. Pour suivre ses aventures, entrez dans le terrier ici même http://runningmouse.wordpress.com

 

 

Commentaires (2)
Trackbacks (0)
Sandrunning
vendredi 23 mars 2012, à 21:00
J'avais reconnu ta plume Anne-Sophie :) Bravo à tous! Ce récit donne envie de partager encore et encore !!
Runonline
samedi 24 mars 2012, à 11:03
Bravo à vous, aux lièvres...une vraie course d'équipe. J'en connais qui vont faire un carton à l'Eco-trail...ben d'ailleurs, c'est aujourd'hui !!
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment