Actualité de la runnosphère, Course
Les 10 km de L’Equipe, une nouvelle boucle capitale pour la Runnosphère 2012
 
2 commentaires

Pour la deuxième édition de cette course organisée par le célèbre quotidien sportif, une bonne demi-douzaine d’éminents membres de la Runnosphère étaient présents pour faire la désormais classique boucle Bastille – République – Nation – Bastille qui emprunte notamment les chemins de traverse du semi-marathon de Paris.
Pour une fois, cette course de 10 km dans Paris ne consiste pas en une boucle de 5 km à effectuer deux fois mais en un grand tour de 10 km dans le centre de la capitale. Ils sont venus pour la plupart car L’Equipe les a invités et même si le 10 km n’est pas pour tous leur distance de prédilection, il est un passage obligé pour qui veut progresser sur cette distance et s’améliorer sur trail, semi, marathon ou ultra.

Sydoky
La seule représentante féminine faisait bonne figure parmi les 27% de femmes présentes ce jour-là.

« C’était l’occasion de partager une compétition avec la Runnosphère, même si je suis la tortue de cette communauté ;)
Donc tant qu’à être tortue, au moment de mon inscription, je pensais la courir avec mes VFF Bikila pour un premier essai de compétition minimaliste, mais entre temps ma condition physique s’est améliorée et j’ai préféré opter pour un objectif chrono.
Ne pouvant pas récupérer le dossard le dimanche matin, je me suis inscrite à la séance commune de veille de course organisée le samedi par Mizuno et Benoit César. Ce fut aussi l’occasion de m’entrainer avec Monique et Jipé, pas revus depuis les Foulées du Vietnam. Cela m’ a permis de changer de décor, courir dans le Jardin des Plantes; c’était un bel endroit.
Le coach était parfait et cette séance correspondait tout à fait avec mes habitudes. Ce n’est qu’après cet entrainement que je suis allée chercher mon dossard et j’en ai profité pour demander mon changement de sas, celui des -48′ au lieu de -51′.
Après un mini échauffement en compagnie de Monique, Giao et sa troupe, suivi de l’échauffement musical collectif dans les sas, mes gambettes étaient en bonne forme. J’étais confiante et pas du tout stressée. Je savais déjà que je ne ferai pas pire que mes dernières compétitions sur cette distance (à moins d’une blessure en cours de route). Mes résultats sur 10km cette saison étant régulièrement entre 49′ et 49’30, mon objectif était de me rapprocher des 48′, meilleur résultat obtenu en 2010. Donc pour ce 10 km de l’Equipe, j’étais partie sur un chrono de 48’30.
Je sentais que c’était réalisable, vu ma forme et mes résultats obtenus sur les 5 km des ekiden auxquels j’ai participé cette saison. Pour une fois, je n’ai pas ressenti de coup de mou, la preuve que j’étais en forme pour ce 10 km. La baisse de mes temps de passage au km n’est due qu’au profil du parcours, faux-plat et petite côte, qui plus est, sont passés comme si de rien n’était, alors que d’habitude les faux-plats, ça me casse les gambettes.
Je me suis sentie mieux lorsque SebRom est arrivé à ma hauteur et m’a reconnue grâce au maillot de la Runnosphère. A part Giao, je n’avais vu aucun autre membre avant le départ, alors cela m’a fait plaisir de papoter quelques secondes avec une tête connue. Et puis un kilomètre plus loin, juste avant le km5, c’est avec JP caméra à la main que j’ai de nouveau discuté. J’étais donc en forme pour arriver à parler sans difficulté sur un 10 km !
Je ne pense pas la refaire dans l’immédiat parce que j’aime bien découvrir d’autres courses, sinon celle de Lyon ou bien Fréjus. Mais pour tenter un nouveau record, je note ce 10 km de l’Equipe à Paris dans mes tablettes.
Mon objectif est le Championnat de France de semi-marathon le 7 octobre à Nancy, et ensuite la reprise des cross.
J’ai trouvé l’organisation très bonne, les bénévoles aimables et souriants, juste un petit embouteillage pour retirer les sacs à la consigne mais bon j’ai connu pire.
Avec mes 47’29, j’ai largement retrouvé mon niveau de forme d’avant ma blessure (syndrome de l’essuie-glace) de l’an dernier. Bon, tout ça dans l’espoir de pouvoir un jour retenter une prépa 100 km, si mon fascia lata veut bien me laisser tranquille ;) »

Son entraînement Mizuno

Greg Runner
Le sympathique Patron de la Runnosphère nous avait tous ébloui avec son temps au dernier Marathon de Paris de 3h05′ améliorant sa première et meilleure marque de 53′.

« Cette course n’était pas prévue au programme. Habituellement, je ne cours pas les 10km. Mais L’Equipe invitait des blogueurs pour une challenge blogueurs. Je trouvais ca sympa et original.
Alors j’ai signé.
J’étais un peu perdu dans la mesure où mon esprit de battant voulait faire un chrono, mais je me suis senti fatigué toute la semaine. J’étais mitigé donc sur mon étant de forme, et je me demandais si j’allais levé le pied histoire d’en garder sous le coude pour mon défi Verbier/Fiz qui a lieu dans moins de 2 semaines.
Aussi, je ne savais pas trop quel serait mon objectif. J’ai demandé à mon épouse quel chrono je pouvais faire sur le stand Mizuno. Elle m’a dit d’inscrire 38min03… Au moment d’attaquer les 10km, j’avoue qu’avec l’effervescence de la Runnosphère, mêlée à l’adrénaline de la Runnosphère, je n’avais plus de tout l’envie de lever le pied. J’étais excité, et stressé à la fois.
Mais sur le départ, je n’ai pas sur accroché les satellites avec ma Garmin. Du coup, j’étais un peu perdu, n’ayant pas d’expérience sur cette distance.
Dès le 4ème km, j’étais vidé, et pour cause, je courrais 10sec/km trop vite. J’ai dû m’arrêter 2 fois, avant et après le 5ème km histoire de reprendre mon souffle.
Ensuite, il a fallu gérer l’effort. En étant vidé, je ne comptais pas terminer sur les chapeaux de roue. Mais c’était sans compter sur le retour de l’ami Salvio. Il a voulu me doubler et ca m’a reboosté.
Le finish des 100 derniers mètres à près de 20km/h et le franchissement de la ligne ensemble est un des meilleurs moments de la course pour moi.
A refaire ? Pourquoi pas. C’est une belle course. Il faudra voir si elle s’intercale bien dans mon planning… Mon prochain défi est d’enchainer la Traversée de Verbier puis le Tour de Fiz, pour récolter des fonds pour la lutte contre le Cancer, en juillet. Après un peu de repos et de vacances, il y aura ensuite le marathon des villages, au Cap Ferret en octobre, et la Saintélyon en décembre pour clôturer l’année. Et je pense que ca ne sera déjà pas mal!
En tout cas, l’organisationde ces 10km de L’Equipe était très bonne, les animations étaient originales et sympas, le concept de courses en simultanée dans 3 grandes villes est à étendre pour l’année prochaine. Et il y avait même suffisamment de toilettes !
Je cours des 10 km parce que je n’en avais pas trop couru. Et je pense que le travail de vitesse est la base, donc c’est un très bon exercice. Mais je sais que je dois nettement m’améliorer et m’entrainer spécifiquement pour ce genre de course. »

Photo Greg : Copyright A.S.O. crédit photo « photorunning »

Son récit intégral

Salvio Je Cours Paris
La Squadra Azzura de la Runnosphère, le Terminator transalpin à l’accent qui fait craquer toutes les jeunes runneuses a fait une entrée fracassante cette année au sein de la Vélosphère en parcourant la distance Paris-Naples soit 1700 km en 25 jours.

« Je ne pouvait pas envisager de ne pas courir une course qui avait le départ à 3 minutes de chez moi.
J’étais tranquille, avec Philippe nous avons eu le temps de discuter sur la course et on avait décidé de la faire sans montre… au feeling!
Je me sentais bien, même si on est parti trop vite.
Il me fallait confirmer mon record obtenu la semaine avant sur le 10km du Château de Vincennes (38:14) et ne pas trop manger de poussière de ma black list (Greg et Philippe).
Je n’ai jamais ressenti de coup de mou. Le meilleur moment a été le sprint finale avec Greg sur le dernier kilomètre.
Mon objectif de second semestre n’est pas encore décidé ! Tout dépend de comment je sortirai de l’Half Ironman de Gérardmer début de Septembre.
Le 10 km, c’est beaucoup plus accessible! A Paris il y a presque une compétition de 10km tout le week-end de l’année. »

Photo Salvio : Copyright Frédéric Poirier

Son récit intégral

Jahom
M. Zen de la Runnosphère est un calculateur humain qui ne laisse rien au hasard dans sa préparation et reste en 2012 l’un des plus rapides coureurs du groupe ‘R’.

« Je suis venu parce que l’Equipe m’a gentiment invité !
Je me suis dit et si je courais sans montre ? Au départ j’étais inutilement stressé comme à chaque fois que plusieurs milliers de coureurs se massent au départ d’une course.
J’avais un objectif de 38’56″ c’est ce que j’ai écrit au feutre véléda sur l’ardoise du stand Mizuno.
Dès le 3ème kilomètre, j’ai su que cette course allait être compliquée pour moi.
Mon plaisir était de retrouver mes compères de la Runnosphère après la ligne, ceux qui sont arrivés, devant ou derrière, et refaire la course à chaud.
L’année prochaine, si je suis toujours en bonne santé, je reviendrai !
Mon objectif du second semestre 2012, c’est de bien accueillir ma fille qui doit venir au monde au mois d’aout.
Je félicite l »organisation sans faille, pour ce que j’ai pu constater.
Pourquoi je cours des 10 km? Pour me faire mal! »

Photo Jahom : Copyright ASO Photorunning

Son récit intégral

Run, Reporter Run
Le révérend Jipé est un triathlète émérite et un coureur redoutable avec un record sur marathon à 3h06 à bientôt quelques foulées de la barre mythique pour la plupart d’entre nous des trois heures. Il nous livre ses impressions de la course.

Cet hiver je n’avais pas eu l’occasion de m’exprimer sur cette distance pour cause de froid persistant. En effet, j’ai participé à deux courses, la première les 10 km du 14e avec un rhume et la seconde les 10 km de Vincennes sous la neige. Dans ces conditions, difficile de faire mieux que 38’ 16’’ ce qui représente quand même mon nouveau record sur la distance.
J’attendais ces 10 km de l’Equipe avec impatience, surtout que nous allions être nombreux de la Runnosphère. Dernière semaine avant l’objectif, je peaufine, ma préparation avec une série de 10 x 400m. Lors de la troisième répétition, c’est le drame, je me tord la cheville gauche. Je reçois à ce moment, une décharge d’adrénaline puissante, qui me font voir des étoiles, j’en ai les larmes aux yeux. Repos et glaçage, jusqu’au jour de la course.
Lors de l’échauffement, je prends la décision de ne pas faire la course. La douleur est persistante. Par contre, je serais de la partie en mode Reporter. C’est donc équipé d’une caméra GoPro que je suis mes amis. Il n’existe pour l’instant qu’un film, que je vous recommande vivement. Prochain rendez-vous le triathlon de Paris.

Son premier film des 10 km

Sebrom
Le sympathique Papa coureur est également triathlète, plutôt spécialiste du semi-marathon il s’essayait pour la première fois au 10 Km sur route.

Je me suis inscris pour être avec les copains de la Runnosphere et avoir une référence sur 10km car je n’en avais couru qu’un seul et encore, avec le frein à main car je sortais de blessure…
Greg est allé me chercher le dossard car l’A/R Banlieue-Bastille la veille de course juste pour le dossard était quand même une pure perte de temps (surtout que les samedis sont dédiés aux diverses corvées ainsi qu’aux activités des enfants…)
Lorsque j’ai attaqué la course, je n’étais pas très motivé, un peu fatigué mais content d’être là.
Je visais 45 minutes soit 3 de plus que le temps théorique que ma VMA me prédisait.
Mon temps à l’arrivée est de 44’53″ donc contrat rempli avec un negative split en plus \o/
Le début a été chaotique car je suis parti dans le sas 48′ et ça n’avançait vraiment pas, les trois premiers kilomètres ont été difficiles.
La côté du 7ème m’a un peu seché alors j’ai levé le pied et c’est passé tranquillement.
Pas de vrai coup de mou en fait!
Le meilleur moment a été la rencontre avec Sydoky en cours de route!
Elle était aussi dans le sas 48′ mais on ne s’était pas vus avant le départ alors quand je l’ai aperçue et que nous avons discuté ce fut un excellent moment.
Je ne sais pas de quoi sera faite ma prochaine année sportive : tri, trail, route, et a fortiori si je refais les 10 km de L’Equipe en 2013.
Mes objectifs à venir sont en tout début de second semestre : le Garmin Triathlon de Paris,
En toute fin de seconde semestre : la Saintélyon.
Concernant l’organisation, la gestion du départ par vague selon les sas est top.
Le reste est très bien, sauf le retrait des dossards la veille pour une course de 8000 personnes qui ne part qu’à 10h.
C’était mon premier vrai 10km et je compte continuer à courir des 10 km :
- Je préfère les distances plus longues mais pour être à l’aise sur du long il faut courir vite sur du court
- En triathlon, dans les formats les plus répandus, la partie càp est courte (5 à 10km) mais précédée par du vélo et de la natation, donc idem il faut courir vraiment vite le 10km si on veut assurer en fin de tri.

Son récit intégral

Giao

« J’ai une tendresse particulière pour cette course car j’y ai battu mon record sur la distance l’année dernière, en 43:57″ et j’avais à cœur de m’en rapprocher le plus possible. J’étais nerveux avant la course car depuis le marathon de Paris, j’avais du mal à aller vite sur courte distance.
J’avais fait la PSG, la course du Château de Vincennes et les Foulées du 12ème mais je n’arrivais plus à descendre au-dessous de 4:33″ du km.
Je n’étais pas stressé, car j’avais repéré le parcours une semaine avant et je pouvais anticiper les relances et les coups de collier.
C’était très dur entre le Père Lachaise et Nation car en faux-plat descendant, je voyais tout le monde me dépasser et je n’arrivais pas à suivre les quelques amis qui me déposaient trop facilement.
Au final je suis content car je termine en 44:02″ et j’ai de nouvelles pistes d’amélioration de mon chrono sur la distance.
I’ll be back en 2013 pour faire mieux et en attendant je clos la partie course rapide pour la saison 2012 et j’attaque la partie ultra avec en point d’orgue La Diagonale des Fous en octobre.
Les 10 km c’est intense, puissant et cela permet de goûter aux joies de la vitesse même à mon petit niveau »

Photo Giao : Copyright Maurice Attala

Son récit intégral

Commentaires (2)
Trackbacks (0)
Maya972
Mardi 3 juillet 2012, à 22:59
Félicitations à vous tous !!
Vous vous êtes bien fait plaisir sur cette belle course parisienne.
Vraiment dommage que je n'ai pu me joindre à vous !!
Julien
Mardi 3 juillet 2012, à 23:13
la belle équipe !
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment