A travers le monde, Actualité de la runnosphère, Course
Marathon de New York 2012 : la Runnosphère y était (presque) !
 
10 commentaires

4 membres de la Runnosphère avait pour projet de courir le marathon de New York en 2012.

Quand on regarde les vidéos des éditions précédentes, quand on lit les récits de celles et ceux qui l’ont déjà couru, forcément ce marathon c’est le marathon que l’on rêve de courir, parcourir, vivre et partager !

Mais pour courir New York, il ne suffit pas d’en avoir envie. La sélection est féroce et le coût relativement élevé, alors c’est un marathon que l’on prépare plusieurs mois (voire années) en amont, un marathon que l’on pense chaque jour jusqu’à l’heure magique du départ, un marathon que l’on vit dans l’attente de plus en plus brûlante à mesure que le compte à rebours rapproche le coureur du moment fatidique et tant attendu.

Sandrine, Jean-Pierre, Giao et Grégory avaient fait ce projet.

Chacun pour des raisons différentes, mais tous pour le plaisir. Car courir le marathon de New York, c’est avant tout courir pour le plaisir, pour l’ambiance, pour les souvenirs que l’on va garder, enregistrer et mémoriser.

Mais tout ça c’était avant l’arrivée de Sandy ! Avant qu’elle ne vienne tout balayer sur son passage, y compris la 43e édition du marathon de New York.

Après 4 jours de grande polémie et alors que tous les coureurs avaient fait leur possible pour arriver à New York, Michael Bloomberg, maire de New York, prend l’ultime décision et annonce officiellement le vendredi 2 novembre que le marathon de New York du dimanche 4 novembre est annulé.

Retour sur les sensations de nos 4 amis de la Runnosphère ayant traversé l’atlantique pour courir le marathon de New York 2012.

 

 SandRunning (Sandrine)

Sandrunning NYC 2012

Sandrunning NYC 2012

20 novembre 2011 : je cours mon 1er marathon. Le Nice-Cannes. Réputé difficile, notamment dans sa deuxième partie, je prends l’option de la prudence et choisis de partir sans forcer. J’aurai vécu ce jour là un marathon extraordinaire, en compagnie de Philippe, alias Pink Runner, puisque j’ai franchi la ligne d’arrivée en 3h 36′ 56″ et ai décroché, grâce à ce chrono, ma qualification pour courir le marathon de New York en 2012 (pour ma tranche d’âge, les minima étaient de 3h 38) !

Janvier à octobre 2012 : l’inscription au marathon de New York validée, je réserve nos billets d’avion et notre appartement dans l’Upper East Side pour 1 semaine. Je pars avec mon mari et mes 2 filles (11 ans et 14 ans). C’est la fête à la maison ! On ne connaît pas New York. En plus d’avoir cette chance énorme de pouvoir courir ce marathon mythique, ce séjour d’1 semaine sera l’occasion de découvrir, en famille, cette ville extraordinaire dont on revient, dit on, avec l’envie d’y revenir 🙂

Octobre 2012 : le départ approche à grands pas. Mais Sandy nous devance et arrive juste avant nous en dévastant tout sur son passage. Les vols au départ de New York sont annulés. Le nôtre également (on devait décoller le lundi 29/10 à 10h45). 3 jours d’attente (dont 2 à Orly). Notre patience aura finalement été récompensée. 4 places sur le vol de 16h45 mercredi 31/10 se libèrent. Elles sont pour nous !

Jeudi 1er novembre : je retire mon dossard. Je m’achète un beau t-shirt du marathon, des manchettes pour l’attente le dimanche matin. Je suis dans l’ambiance mais pas vraiment dans la fête. Je me demande comment le marathon peut être maintenu dans les conditions qui nous entourent. Les médias sont d’ailleurs très présents et relaient toute la journée l’incompréhension des new yorkais face au maintien du marathon.

Vendredi 2 novembre : annulation du marathon. Je m’y attendais. Je suis déçue (tant de préparation et si proche du but pour ne pas le courir) mais je comprends.

Samedi 3 et dimanche 4 novembre : il nous reste 2 jours pour visiter New York. C’est peu, mais c’est encore ça 🙂 Alors, on profite, on visite et on en prend plein la vue. Et entre-temps, le matin ou le soir, en fonction de notre planning familial, il y a de très belles et inoubliables sorties running : dans les rues New York (extraordinaire !!), dans Central Park entre amis (inoubliable !! quelles sensations fortes de courir sur les derniers miles du marathon !)

Marathon de New York en 2013 ? Je n’ai pas encore la réponse…

Pour en savoir plus, un article plus complet sur le blog de SandRunning : J’ai falli courir le marathon de New York 2012

 

Grégo (Gregory)

Grego NYC 2012

C’est en compagnie d’un ami de course à pied que j’embarque à Roissy pour New York le vendredi 2 novembre au matin.

Lors de notre inscription il y a un an, il était prévu que je cours sur le même rythme que lui car nous avions le même niveau … jusqu’à ce que je me blesse sur Paris Versailles. Une fracture de fatigue du troisième métatarse m’obligea à interrompre mon entrainement pendant 5 semaines. C’est donc avec seulement un footing dans les pattes que j’envisageais néanmoins de prendre part à la course pour participer à la fête incroyable du marathon de NY dont c’était ma deuxième participation en tant que coureur (2011 pour ma première édition après avoir été supporter en 2010), avec pour seul objectif raisonnable… de finir, en marchant le cas échéant.

Arrivés à JFK en début d’après midi, transfert à l’hôtel à 14 heures, nous prenons la direction du Jacob Javits Center qui est le centre des congrès de New York où a lieu la traditionnelle remise des dossard à côté de ses marchands du temple (toutes les grandes marques de runnings et autres produits réunis sous un même lieu).

Après avoir fanfaronné avec nos dossards (c’est un rituel) sous l’arche d’une grande marque nous continuons à visiter les stands de compléments alimentaires (ou poudre de perlimpinpin) et un teneur de stand nous apprend qu’une dépêche de ABC News révèle l’annulation du marathon de la part de Bloomberg. Nous sommes incrédules dans un premier temps, puis finalement devons nous résoudre à l’évidence. Nous avons mêmes durant quelques secondes la peur que cela n’occasionne une émeute 😉 Non en fait il n’en ai rien, tous les présents cet après midi là au Javits Center semblent résignés et n’affichent aucune déception sur les visages.

Ainsi dès le soir même, Philippe et moi-mêmes décidons de mettre un terme à notre programme de diététique hyper glucidique et décidons de nous empiffrer de bonne viande dans un steackhouse.

Nous faisons un footing de 12 bornes dès le lendemain matin à Central Park. Puis le dimanche matin nous décidons de courir les 15 derniers kilomètres du marathon à partir du Queesborough Bridge en passant par le Bronx. Superbe journée ensoleillée avec un froid, très sec, des conditions idéales pour courir un marathon qui ne peut avoir lieu.

Sur le retour de la 5e Avenue au niveau de l’entrée dans Central Park de la « marathon route » j’entends un Brouhaha effroyable ; en fait il s’agit d’une clameur de public amassé pour venir supporter les milliers de coureurs venus se regrouper à Central Park pour faire qui un jogging, qui une course, qui une distance marathon peut être? A noter que le premier marathon de New York avait eu lieu intégralement à Central Park (4 tours du Parc permettant de boucler la distance de 40 kms). L’ambiance est impressionnante.

J’aurai passé un séjour incroyable à NY pendant une semaine ponctuée de footings le matin (pour un cumul de plus de 40 bornes sur la semaine comme quoi je l’ai faite ma distance marathon) dans Manahattan et de balades l’après midi (pour la même distance probablement).

Le marathon de NY pour l’année prochaine ? Je suis déjà inscrit !

Le blog de GrégoryFirst Quartile Runners

 

 

Run Reporter Run (Jean-Pierre)

Run Reporter Run NYC 2012

Depuis 3 ans, je rêve de New York, non pas la ville que j’ai eu la chance de visiter à deux reprises mais de son marathon. Cette course, je l’ai rêvé à maintes reprises. J’ai bu les paroles de ceux qui ont participé à cette grande fête. J’ai visionné sur Youtube des heures de retransmissions officielles mais aussi de vidéos amateurs. À tel point que parfois j’avais peur que la réalité ne soit pas à la hauteur de ce rêve.

 Malgré un démarrage difficile pour cause d’ouragan, le voyage et l’arrivée dans la ville se passent plutôt bien. Nous prenons nos quartiers dans un coquet appartement de la 56e rue proche de Times Square. Chez nous aucun souci d’électricité, ni d’approvisionnement. La vie paraît presque « normale ».

 Marathon expo

Ce vendredi matin, nous nous dirigeons vers le Javit Center pour récupérer notre fameux sésame, il y a un monde fou, la queue s’étend sur des  centaines de mètres. J’arrive enfin au comptoir, présente ma convocation et obtiens « le dossard » ainsi que le tee-shirt. Les encouragements de chacun des bénévoles me laisse croire que cette édition ne sera pas comme les autres…

 L’annonce fatale…

L’après midi un SMS vient troubler notre visite de la ville. « Le marathon est annulé » cette simple phrase, sans préambule ni explication. Après vérification sur internet, la vérité nous éclate en pleine figure. L’édition 2012 n’aura pas lieu ! C’est un coup de massue, je ne peux y croire. L’organisation nous avez promis que malgré les difficultés l’épreuve aurait bien lieu.

 Résignation

La chose est grave mais pas dramatique, nous sommes une bande d’amis dans l’une des villes les plus touristiques au monde, alors nous allons employer notre énergie à la parcourir de long en large. Nos pensés vont aux victimes de ce terrible ouragan et nous consolons avec de nombreux footings dans la ville.

La question : y retournerons nous l’an prochain ?

Pour en savoir plus, un article plus complet sur le blog de Run Reporter Run : marathon de New York : une édition « très » spéciale

 

Giao

Giao NYC 2012

 Je suis venu, j’ai vu et j’ai pas couru.

Je l’attendais depuis longtemps ce marathon de New York. Chaque fois que tu dis que tu cours des marathons on te demande toujours : « Et New York ? »

Comme si toutes les autres courses ne comptaient pas : Paris (3x) , Annecy, le Mont Saint Michel, Vincennes (2x) , Nice-Cannes (2x). J’ai déjà neuf marathons à mon actif depuis avril 2009 et je rêvais d’accrocher New York 2012 à mon tableau d’honneur.

2012 c’était une bonne année car mes copains s’étaient cotisés à mon anniversaire pour m’en offrir la moitié et parce que beaucoup d’amis runners avaient entrepris le voyage cette année-là.

J’étais passé par un Tour Opérateur moins connu que Thomas Cook, Havas Voyages pour prendre le vol et le dossard à ma charge et j’avais prévu de passer un long week-end en colocation avec mes amis Jean-Pierre, Guy du Nike Running Club et les frères Marlault Adrien et Baptiste.

Je les connaissais pour avoir plusieurs fois couru avec eux à l’entrainement et sur des courses parisiennes et je savais que j’allais passer un bon moment.

Quand j’ai embarqué pour New York le vendredi 02 novembre, les organisateurs avaient encore confirmé que le marathon aurait lieu. A mon arrivée sur le territoire américain, je passais le contrôle des douanes :

–         Vous venez pour quel motif, faire du tourisme ?

–         Non, je viens courir le marathon de New York !

–         Il a été annulé cet après-midi

–         …

J’étais abasourdi, un peu déçu mais soulagé car j’avais mauvaise conscience de faire le touriste venu faire son marathon alors que des familles manquaient cruellement d’eau, de nourriture, d’électricité et parfois même d’un toit.

Avec les amis, nous avons pris le parti de prendre le meilleur du séjour et avons en définitive passé un superbe long week-end à New York :

 en courant le Marathon alternatif sur le parcours des toutes premières éditions soit un peu plus de quatre fois le tour de Central Park,

– la veille un tour entre amis avec Sandrine, quelques Etoiles du 8ème et Pascal Sylvestre de Runners.fr

– et le lundi matin juste avant le lever du soleil.

J’ai dû accumuler plus de cinquante kilomètres en trois jours.

Nous avons eu le temps de profiter du beau temps, de faire la visite des monuments comme le Flat Iron, l’Empire State Building, Century 21, le pont de Brooklyn, le Madison Square Garden, Staten Island, le Deli Katz’s ou fut tournée la fameuse scène de « Quand Harry rencontre Sally », le Junior’s de Brooklyn où l’on déguste les meilleurs cheesecake de New York et nous avons même assisté à un match de rugby de la ligue professionnelle NBA des Brooklyn Nets !

Que du bonheur en un temps si court, c’était un week-end magique avec des amis formidables.

Le blog de Giao : Giao

Commentaires (10)
Trackbacks (0)
philippe
jeudi 15 novembre 2012, à 15:02
C'est quand même dingue, sans même le courir vous m'avez donné une furieuse envie de participer au marathon de NYC ;)
Sandrunning
jeudi 15 novembre 2012, à 15:07
@philippe : Quelle excellente nouvelle !! On y retourne tous avec toi en 2013 alors ? :-)
Greg Runner
jeudi 15 novembre 2012, à 19:14
C'est clair que ca donne envie! L'ambiance était bonne, malgré toutes les circonstances. Un bon état d'esprit, c'est ça l'esprit sportifs! Bravo!
Christophe
jeudi 15 novembre 2012, à 22:38
Merci pour ces témoignages que l'on a tant de plaisir à lire, parce qu'on y goûte l'esprit du sport mais quelque chose d'autre aussi : de la joie de vivre et l'envie de partager des moments simples et donc formidables.
Maya
Maya
jeudi 15 novembre 2012, à 22:45
Prendre autant de plaisir pour une course qui n'a pas eu lieu !!
Plus que la course, c'est cet esprit de partage que vous mettez en avant.
Philippe
jeudi 15 novembre 2012, à 22:46
@Sandrunning : non pas 2013, j'aimerais en faire profiter ma petite famille et ce sera encore un peu tôt :o
Sandrunning
jeudi 15 novembre 2012, à 23:18
@Greg Runner : Oui parce qu'au final il faut relativiser. On était à New York et franchement, il y a bien pire que d'être à New York, visiter New York et courir à New York ! Mais on reviendra et on aura notre revanche :)
Sandrunning
jeudi 15 novembre 2012, à 23:20
@Christophe : C'était exactement ça ! Des moments courts, mais de partage et d'échange. Et c'est aussi ça que j'aime dans ce sport. Merci :)
Sandrunning
jeudi 15 novembre 2012, à 23:21
@Maya : Oui, j'étais ravie de voir et lire qu'on avait tous vécu l'événement de la même manière !
Sandrunning
jeudi 15 novembre 2012, à 23:22
@Philippe : Ah zut...on n'aura donc pas réussi ! Mais je comprends :)
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment