Actualité de la runnosphère, Course
Semi de Paris, Semi, 10km de Rueil-Malmaison et trail aux étoiles pour nos blogueurs
 
5 commentaires

Ce week-end, les membres de la Runnosphère courraient en grande majorité le semi de Paris, d’autres s’étaient donné rendez-vous à Rueil pour courir également la distance du semi, ou le 10km. Deux grands événements d’Île de France auxquels la Runnosphère a participé. En très lointaine banlieue parisienne,  Runnmygeek s’envolait sur le Trail aux Etoiles. Voici le récit de nos blogueurs préférés.

Semi-Marathon de Paris

CourirANantes

Je commence à prendre gout à mes weekends parisiens. Une belle course et un chrono inespéré. Revenant de blessure je ne pouvais pas rêver mieux. Vraiment ravi d’avoir revu certains membres de la Runnosphère et d’avoir fait de belles rencontres. Pour ce qui est de la course, j’avais misé sur la régularité. J’égale quasiment mon record  sur 10 km et je maintiens le rythme jusqu’au bout. La roue tourne, on dirait que j’ai mangé mon pain noir en ce début d’année et que le printemps s’annonce ensoleillé !
1h29min21 et 1442ème.
Le compte rendu à lire sur le blog

 

JeCoursParis
Avec un passage au 10eme kilo en 39’02 et au 15eme kilo en 59’20 (15km/h), je n’aurais jamais pensé à un passage à vide sur les km 17-18-19-20. J’ai donné tout ce que j’avais aujourd’hui, et je suis un peut déçu d’avoir termine en 1h26min08sec. Mais cette compétition n’enlève rien à mes ambitions sur mon prochain défi: le marathon de Milan.
1h26min08sec et 814ème.
Lire son article.

Jahom
Pour ce semi-marathon qui faisait office de course de préparation au marathon de Paris qui se déroulera dans 5 semaines, j’étais partagé entre l’éventuelle possibilité d’un nouveau record personnel et la sagesse d’une course maitrisée. L’émulation collective et les conditions climatiques idéales ont fait pencher la balance en faveur du premier scénario. Une magnifique matinée de course à pied !
1h22min55sec et 427ème.
Le compte-rendu sur son blog.

 

 

 

Giao
Cette année j’avais moins la niaque pour attaquer le semi de Paris avec un objectif sérieux. En partant dans le sas des 1h35, je me demandais combien de temps je pouvais faire illusion avec mes 5 kilos en trop. Ce fut pendant 5 km. J’étais parti avec Gianny et me fis rattraper par Baptiste le frère d’Adrien au 5ème kilo. Nous devions courir ensemble mais il était si bien affuté que je lui dis de vivre sa vie. Je passais le 10 km à Bastille en 47’ ce qui était plutôt bien compte tenu de mes derniers temps sur les Foulées du 8ème et Charentonnaises. Mais le retard s’accentua lorsqu’au 15 km j’arrivais à la station Total où nous n’étions pas venus par hasard avec dix minutes de plus par rapport à l’année dernière. Je lâchais prise et me contentais de suivre le flot de coureurs sans chercher à me battre. Je marchais à chaque ravitaillement et même dans les deux derniers kilos, je faisais du surplace au vingtième pour tout donner ou presque dans le 21ème. Bien content de voir les copains avant la course et de voir qu’ils ont tous réussi une super perf. Pour ma part ce sera une autre fois.
1h46m31s et comble de malchance, ma puce n’a pas enregistré mes temps de passage je ne connais donc pas mon classement final.


Greg Runner
Sur le papier, je valais moins de 1h25. Mais mon échec l’année dernière me laissait douter. C’est avec l’expérience du semi de l’année dernière et une bonne forme que je me lançais dans ce semi. Mais surtout , c’était une course qui rimait avec camaraderie et convivialité, donnant envie de déplacer des montagnes. Et si on est seul face à son chrono, c’est tout de même avec un bon esprit d’équipe et d’amitié que nous nous sommes élancés sur ce parcours. Mon départ fut prudent, contrairement à ce que j’ai l’habitude de faire. Malgré tout, je pars plus vite que les 4min/km que je m’étais imposé. J’arriverai à tenir ce rythme pendant pratiquement tout le parcours, me permettant de signer un nouveau record perso. Beau temps, super chrono et franche camaraderie: c’était une superbe semi de Paris pour moi cette année!
1h23min12sec et 458ème.
Lire le récit de sa course.

Grego
Très belle matinée : un froid sec et ciel bleu. J’y allais un peu à reculons avec des espérances de performances en dessous des deux dernières éditions étant donné les déceptions de mes multiples 10 kms depuis le début de l’année. Finalement, il suffit de courir le semi de Paris pour enregistrer son meilleur temps sur 10 kms ! Au-delà de cela, j’ai pris beaucoup de plaisirs à courir cette course malgré ce que j’ai pu dire dans mon récit. Une des raisons qui explique la performance c’est aussi probablement le fait d’avoir sensiblement changé mon alimentation les jours précédents la course ainsi que le matin de la course. D’un cadre alimentaire Low Carb (appelé Paléo), j’ai viré ma cuti pour le semi en me chargeant en hydrates de carbones. Cela m’a probablement permis de tenir…mais cela reste à creuser.
1 h36min16sec et 3377ème – 816ème VH1.
Le récit de son semi.

La Souris
Je me suis fait un bon copain avec qui je prépare le marathon, or nous avions convenu que ce semi serait finalement celui qui est demandé dans le cadre de notre plan d’entrainement… avec une petite semaine d’avance tout de même. Pour se rassurer sur l’objectif de 3h45 au marathon, il était donc question de finir en 1h45 qui correspond donc à un 3h30 en marathon. Sauf que nous étions très loin dans le SAS violet 1H50 et que donc, il nous a déjà fallu nous faufiler comme des malheureux, en prenant presque une minute de retard sur l’objectif dès le début de la course. Il a donc été question de récupérer coûte que coûte cette minute pour nous remettre au niveau de 1’45 et puis ensuite, parce que les fractionnés payent, parce que la course à pied fait faire de bien belles rencontres, nous avons entrepris de gratter encore du temps sur cet objectif. Lui aurait pu finir avant moi car au 16eKM j’ai eu un moment difficile du côté de Reuilly. Mais il m’a attendu. Et c’est ça finalement le plus beau dans ces courses. Le moment où le copain t’attend, le moment où c’est toi qui par ton obstination lui montre qu’on est une équipe, et que la course à pied peut-être tout sauf individualiste. A l’arrivée, je lui suis tombée dans les bras, et nous étions tout simplement heureux, d’avoir réalisé cette aventure humaine, ensemble. Au delà de la performance, c’est cela qui me fera faire de beaux rêves ce soir.
1h44min22sec et 7921e.
L’article de son aventure.

LoveLifeRunning
Dire que j’y allais à reculons … Au final ce fut une de mes plus belles courses. Objectif largement atteint !
1h 47min 49sec et 11776ème.
Le récit de sa course sur son blog.

Run Reporter Run
J’avais à cœur de faire « quelque chose » à ce semi, car je sortais d’une année en demi-teinte, pas d’amélioration significative de mes chronos hormis sur marathon. J’ai pour cela tenté l’aventure avec une coach à l’approche radicalement différente de ce que j’avais connu jusqu’ici. A ce petit jeu là, je ne suis pas mécontent, car le programme que je suis depuis le mois de janvier piloté par Anne Valéro commence à porter ses fruits avec un nouveau record de la distance en 1h 24min 39sec’. L’objectif est fixé au 7 avril (marathon de Paris), je vous parlerai de victoire (ou pas…) à ce moment-là.
1h24min39sec et 607ème.
Son article est disponible ici.

Semi de Rueil

Kejaj
Une superbe course comme l’année dernière avec en plus une modification du parcours qui rend cette course encore plus sympa. Exit la zone industrielle et bienvenue à cette côte  à faire deux fois. Encore une fois, c’était une organisation sans faille. Quel plaisir de courir sous un grand soleil, ce qui est plutôt rare en ce début d’année. Concernant ma course, j’étais parti dans l’idée de faire un négative split, avec une première moitié allure marathon et la suite allure plus rapide. Mais comme d’hab’, j’en ai fait qu’à ma tête! Je me suis laisser emporter par l’enthousiasme et j’ai essayé de gérer tant bien que mal mon allure autour des 4’30/km, malgré les jambes un peu raides sur la fin.
1h34’59sec et 360ème/1623.
Le compte-rendu de sa course.

Pink Runner
Des conditions vraiment idéales pour attaquer ce semi-marathon qui reste très roulant malgré une côte de ouf à faire 2 fois (au 4éme et 14éme km)! Une organisation parfaite qui mérite vraiment tous les compliments des coureurs et des spectateurs, malgré quelques ronchons qui voulaient à tout prix gâcher la fête! J’étais très surpris de ma perf malgré un réveil difficile et des jambes lourdes. Mais bon, le résultat me comble au-delà de mes espérances. Dommage d’avoir loupé les autres membres de la Runnosphère!
1h27min17sec et 139ème/1623.
Il en parle sur son blog.

10km de Rueil

MangeurDeCailloux
Super course avec un tout nouveau parcours « à domicile » vraiment agréable. La météo était parfaite , et il y avait juste ce qu’il faut de monde au départ pour avoir des bonnes sensations en course et attraper un bon wagon. Mais bon, c’est quand même dur ces courses sur routes à fond les ballons. Et ça fait du bien quand ça s’arrête !
Mon dernier passage sur cette distance date de 2 ans, et du coup j’ai manqué de repères. Mais j’ai finalement bien géré la course – et sa montée – en récupérant très progressivement le temps perdu (4’34/km au KM4…).
Je suis donc bien content de mon chrono, et du boulot de préparation, car les copains ne s’étaient pas privé de me mettre un peu la pression (ça m’apprendra à annoncer mon objectif!) et j’avais vraiment envie de passer sous les 40′ avant de retourner sur les sentiers, pour manger des cailloux, bien sûr! 😉
39min56sec et 78ème/696.
Le récit sur le blog

Trail aux étoiles

Runmygeek

Toujours dans ma préparation de l’ultra draille, je m’attaque à un plus gros morceau. Départ du Vigan à midi pile sous un air de samba, l’ambiance est très bon enfant, bien loin des trails courts et des courses sur route. On se laisse passer, on plaisante, bref ça ne joue pas des coudes. « L’esprit Trail » ne se retrouve plus que sur ce genre de course, on se bat contre soit même avec l’aide des autres, je gère mon début de course à petite allure, je connais déjà le parcours pour l’avoir fait en off l’été dernier. Le plus gros morceau se trouve à la montagne de la Toureille, à 1300mètre d’altitude. Je fais la montée avec d’autres traileurs; on discute et ça passe finalement très bien. En haut, nous arrivons dans la neige, et je trouve cela sympa de recourir dans cet élément. S’en suit une descente de 10km pour arriver au KM30, à mi-course. Je m’y ravitaille bien; je suis content niveau alimentation car tout est ok aujourd’hui. Mon TFL me laisse tranquille, je dis merci à l’osthéo et à son strapping magique. La suite du parcours est un peu plus dure et j’ai un coup de moins bien vers le 40ème km. Après le KM46 et le dernier ravito, ça repart de plus bel. Je m’accroche à un couple de Danois pour une dernière descente de nuit dans un pierrier d’anthologie. Je termine avec 2 vétérans dont un qui m’a reconnu grâce à mon blog. Pas de sprint, on décide d’arriver ensemble et on se félicite à l’arrivée. Une course magique, magnifique, gros sentiment de plénitude pour moi avec de nombreux passages d’extases.
Chrono et place 8h38 – 96/202
Son trail en vidéo

Commentaires (5)
Trackbacks (2)
Philippe
Philippe
lundi 4 mars 2013, à 13:59
Une avalanche de performances teintée de plaisir ensoleillé ! What else ? :)
fredrun
lundi 4 mars 2013, à 16:30
Bravo la runnosphère !
Julien
mardi 5 mars 2013, à 10:41
Bravo à tous.
C'est très "inspirant" de voir les motivations de chacun, quel que soit le chrono final, le terrain ou la distance ;)
Sandrunning
mardi 5 mars 2013, à 20:06
Très inspirant en effet ! Vous me faîtes presque regretter de ne pas avoir pris le départ d'une de vos courses ce 3 mars ! :) Bravo à tous pour ces très belles performances !
Jo'Run
mercredi 6 mars 2013, à 00:37
Bravo la Runnosphère ! ;)
Laissez un commentaire

Soumettre