Actualité de la runnosphère, Course
Foulées du Tertre, Trail Bullygeois des Poilus,Semi de Blagnac et Trail des Cabornis pour la Runnosphère
 
2 commentaires

Ce week-end, la Runnosphère s’était donné rendez-vous tout d’abord le samedi à Montmartre avec les Foulées du Tertre. Le dimanche, Nico et DD2012 se retrouvaient dans le nord sur le trail Bullygeois des Poilus alors que le Mangeur de Cailloux allait se régaler sur le trail des Cabornis. Plus au sud, notre Coureur à Nantes se déplaçait du côté de Toulouse pour retrouver Déniv’Plus en plein prépa du Marathon des Sables, et un de ses collègues « ambassadeurs GPR »; leur objectif, le semi-marathon de Blaignac.

Foulées du Tertre

Giao
GiaoVoici deux ans que je voulais faire cette belle course dont on m’avait dit le plus grand bien. Hélas, elle tombait toujours le même jour que L’Eco-Trail de Paris. Cette année, c’était une semaine avant et je décidais de sauter sur l’occasion. L’ayant faite en reconnaissance avec mon ami Dare Dare Marathon à 5h du matin le jeudi précédent la course, je savais à quelle sauce nous allions être mangés. Malheureusement, je pris le plat de pâtes à 14h alors que la course démarrait une heure plus tard. Ni une ni deux, je file au métro Abbesses et arrivant à peine 5 minutes avant le coup d’envoi à la Place du Tertre, je décidais de me positionner peu avant la fin de la boucle pour prendre des photos des copains.
Onze minutes après le départ, je vis les premiers du groupe de tête qui terminaient leur boucle. Suivis de pas si loin par mes amis d’OVS Stéphane aka Mkris, Nicomu et José. Le sémillant Greg Runner était en embuscade et en me voyant me fit : « Et ben tu cours pas ? ».
Je pris un maximum de clichés dont mes amis meneurs d’allures Adrien, Giao et Romuald sur 50′, 55′ et 1h. Après le deuxième tour, les fourmis me picotaient les jambes et au troisième et dernier tour de mon amie Monique, je décidais de finir la course avec elle soit 3.600 mètres. Le parcours était exigeant avec des montées, des descentes sur les pavés, du soleil mais beaucoup d’applaudissements de la part des nombreux touristes qui s’étaient improvisés spectateurs de cette course hors du commun. Dans un magnifique quartier qui fait village à Paris, j’ai eu le plaisir de voir le Moulin de la Galette, le Lapin Agile et la Place Dalida. Nous arrivâmes bien et je poussais Monique jusqu’au podium puisqu’elle termina 3ème dans sa catégorie. Une belle après-midi à croiser les amis et terminée dans une crêperie pittoresque d’un Paris rêvé par les Américains.
Son récit de course

Greg Runner
Greg RunnerMoins de 6 jours après le semi de Paris, je partais en sachant que me jambes n’étaient pas très fraîches. Mais je ne souhaitais pas me tourner les pouces pour autant. Mon objectif était simple: prendre du plaisir, prendre une bonne place sans perdre trop d’énergie en vue de ma course à Monaco la semaine prochaine avec la Team Asics Presse. Si le départ est chaotique (je m’excuse au passage d’avoir dû « gicler » un coureur au départ, qui manqua de me faire tomber), j’essaie de tempérer ma vitesse pour ne pas perdre trop d’énergie et finir dans le dur. Je gère sur l’ensemble du parcours, beaucoup de monde est venu sur le parcours et m’encourage; c’est la fête et ça fait plaisir. Je finis le parcours avec une accélération en montée et je signe le chrono que j’avais estimé et une bonne place, content de moi. Puis le moment de pouvoir échanger avec des amis, même si je n’ai pas pu retrouver tous mes supporters planqués sur le parcours.
Chrono et classement: 41min05sec – 40ème/600
Le récit de sa course.

Trail Bullygeois des Poilus

DD2012
de gauche à droite Mika, David (dd2012) et Nico (Letsrun)La première compète de l’année, c’est fait !
Voilà 12 semaines que je préparais ce trail. Le trail bullygeois des poilus. C’est l’un des trails à ne pas rater dans le Nord de la France. Sur la distance 55 kms, il donne 1 point à l’UTMB. Moi, je me suis contenté du 31 kms et, vu le terrain, c’était bien suffisant.
C’était aussi l’occasion de revoir Nico (Letsrun) pour un moment de course ensemble. Le parcours est constitué de bosses pas très hautes, mais sur le parcours, elles nous amènent à 800m de D+.  Sans cesse, on monte et on descend…
Les 10 premiers kilomètres se sont passés sans trop de mal. Les 12 suivants sont courus en mode « ça se complique » et les derniers au mental. Sur les 3 derniers kilomètres je me suis trainé; plus moyen d’avancer ! J’ai terminé ce trail en 4h38 mais je le conseille aux amateurs qui aiment patauger dans la boue 😉

Letsrun
Letsrun
Cette année le trail des Poilus était organisé à Bully les Mines; l’organisation change tous les ans en alternance avec Ablain. D’après les participants, c’est toujours un parcours bien costaud, et on va pas être déçu. Je retrouve David au départ, on papote un peu, et on se dit qu’on va en baver. Il fait bien frais et humide. Le départ est donné; on plaisante encore mais ça va pas durer. Les premières difficultés arrivent dès le 3ème kilomètre. On commence par monter dans la forêt et c’est raide. Ça monte, ça descend, et surtout ça glisse. Les descentes sont super techniques, les appuis sont mis à rude épreuve. Les 10 premiers kilomètres sont techniques et difficiles, je commence à avoir mal au genou. Au premier ravitaillement, je vais me poser la question si je continue ou pas. Encore une longue montée, et enfin ça devient plus facile dans les chemins, ça descend; le moral est bon. Viens la passage de la ravine, une sorte de lit de rivière plein de boue, durant les 500 premiers mètres on essaye de ne pas mettre les pieds dedans, et puis zut, on y va franchement. S’en suivra une longue montée très raide. En marchant, j’arrive même à doubler certains qui s’obstinent à courir. Enfin, le deuxième ravito arrive, c’est très dur, les cuisses sont raides, je prie pour ne pas avoir de crampes. Les derniers kilomètres seront un calvaire. Je vais alterner course et marche jusqu’à la fin. Je finirai en 4h10, content, mais très fatigué. Je savais que ce serait dur mais pas à ce point; c’est la course la plus dure que j’ai pu faire. Maintenant repos, et reprise doucement du plan marathon.
Le récit de sa course sur son blog.

Trail des Cabornis

Mangeur de Cailloux
Mangeur de caillouxVoilà un super trail que je ne peux que conseiller !
J’ai pris vraiment beaucoup de plaisir, même si sur le court, c’est rapide donc intense…
Du coup je me suis un peu fait peur, au départ avec le cardio collé à plus de 90% pendant les 10 premiers kilo, sans être sur que ça tiendrait…
Sur la course, pas trop de monde, une météo top, une bonne organisation et un superbe parcours, dans les vignes, les sous bois, la boue et les cailloux 😉
Le parcours dans les mont d’or ne laisse que très peu d’instants de répit (1200m de D+ sur 27km ça change de Saint Cucufa).
Du coup j’ai l’impression de perdre pas mal de places dans les montées que je n’ai plus travaillé (ouille les ischios…), mais j’en reprends aussi dès que les sentiers penchent dans le bon sens !
Au final, 2h51 de course et une 93ème place mais surtout encore une belle journée de course à pied.
Chrono et classement: 2h51 – 93/599

Semi de Blaignac

Courir à Nantes
Courir à NantesCe dimanche, j’accompagnais Bertrand, notre futur marathonien des sables et Sébastien, l’ambassadeur GoodPeopleRun de Toulouse qui prépare le marathon de Nantes. Etant de passage dans la région toulousaine , c’était l’occasion de faire leur connaissance sur le semi de Blagnac. Un parcours vraiment roulant mais loin d’être le plus beau que j’ai couru… 8 jours après le semi de Paris, il ne s’agissait pas ici de faire un temps, mais juste de partager une sortie longue avec 2 toulousains. Bien que le chrono soit anecdotique, nous bouclons ce semi tranquillement en 1h45. Encore deux belles rencontres grâce à cette passion commune qui nous anime.
Le récit de sa course.

Déniv’Plus

En ce dimanche matin, l’objectif était clair, courir plus de 4h15 avec en plein milieu le semi-marathon de Blagnac. Deuxième surprise, rencontrer enfin en chair et en os un membre de la Runnosphère, en la personne de Sébastien (alias Courir à Nantes). L’objectif était simple: faire l’accompagnateur en 1h45, sachant que je m’alignais sur la ligne de départ avec déjà 12 bornes dans les pattes depuis le début de la matinée. Il m’est passé par la tête de courir également avec mon sac MDS chargé, mais j’ai trouvé plus sage de le laissé dans la voiture de Sébastien. Et coté course, sur le 10 et le semi, c’est quasiment 3000 coureurs qui prennent le départ. Cela en fait la 2e course toulousaine la plus populaire derrière le marathon, pour 2 raisons: le soleil souvent au rendez vous, et pas 20m de D+. Autrement dit, si vous voulez faire une perf, c’est par ici que ça se passe… De notre coté, l’objectif était clair, emmener Sébastien de GPR Toulouse, dans un fauteuil pour le faire passer sous les 1h45. On aurait pu nous appeler les montres suisses, car au KM10,6, soit la mi-course, on passe avec 1 minute d’avance. Mais voilà que ça commence à tirer pour lui, les cuisses deviennent un peu plus dures, on l’encourage, mais au 14ekm, le meneur de 1h45 nous dépasse, j’espère secrètement qu’il va se refaire la cerise au ravito du 16e, mais c’est assez dur. On ne cesse de l’encourager, mais le chrono s’envole… Au 18ekm,  je suis un peu à l’avant, dans une des rares bosses et l’autre Sébastien me double comme une balle pour finir sur une bonne note. A partir de là, on fait chacun sa course. J’emboîte le pas, mais j’avoue que cette « mine » va laisser des traces. Bref, on remonte comme des avions, doublant des dizaines et des dizaines de coureurs, pour finir devant le meneur d’allure des 1h45, côte à côte avec Sébastien de Courir à Nantes. Notre compère finira en 1h49 finalement, pas si loin de nous, et c’est dommage pour lui, car aujourd’hui il n’avait pas à ce soucier de sa montre!
Après un bon ravito, les revoirs sont chaleureux et je reparts de mon coté avec tout mon accoutrement MDS. Et croyez moi, les 11 kilomètres pour rentrer chez moi m’en parurent 100… Enfin, une bien belle matinée de course à pied, des rencontres, 44.11kms et 4h03, un sacré dimanche!
Chrono et classement: 1h45’17 » et 479e/1044

Commentaires (2)
Trackbacks (1)
Bertrand
lundi 11 mars 2013, à 09:36
Sur tous les fronts la Runnosphère
Mangeur de Cailloux
lundi 11 mars 2013, à 10:52
ça fait plaisir ces mini-rassemblement de l'équipe dans les 4 coins de la France !
Laissez un commentaire

Soumettre