Actualité de la runnosphère, Course
Le marathon de Paris 2013 une nouvelle fois à l’honneur à la Runnosphère
 
2 commentaires

 

Les 12 kms de la Forestière à St Amand Les Eaux

David

davidA 6 semaines de mon premier marathon, j’ai décidé de faire la forestière mais pas comme une course plutôt comme sortie longue. Cette course à lieu à 1 kilomètre à pied de chez moi, je ne pouvais tout de même pas ne pas y participer.
Le temps était idéal ce matin, 5°C et un gros soleil, le départ est à 10h me voilà sur la ligne de départ !
Mon idée de sortie longue a tenu environ 1mn12 😉 Happé par les 300 autres coureurs je suis passé en mode course (mais j’en garde sous le pied). Résultat 12kms bouclés en 1h04 environ avec un large sourire !
La forestière, je la classe dans « les courses de village », nous étions 164 sur le 12 kms ! Elle se déroule sur 2 boucles de 6 kms en sous-bois, le parcours est très technique et enchaine montée descente, etc.. Je la conseille à tout ceux qui passerait dans le coin à cette période… Mon seul regret pourquoi 2 boucles ? La forêt permet de faire le 12 kms en une seule boucle.

Marathon de Milan

Salvio

A venir…

Marathon de Paris

Emmanuelle

emmanuellejpgDimanche 7 avril: je cours aujourd’hui mon 7ème marathon. Dernier en date, celui de La Rochelle en novembre 2011 avec un record à 3h12’56

Objectif: 3h10.

42,195 kilomètres plus loin un record perso à la clé, un genou HS et le bonheur d’avoir vécu à nouveau cette épreuve magique et mythique qui me manquait depuis plus d’un an.

> Son récit

Kejaj

Kejaj: que ce fut difficile encore une fois pour mon deuxième marathon, de nouveau à Paris. Même si la course s’est mieux passé que l’année dernière, je fini a partir du 35eme sans les crampes mais sans jambes. Satisfaction, j’améliore mon chrono de presque 15 En 3h44’06 mais encore loin de mon obj de 3h30.

Christian

42.13 km 04:05 05:48 min/km
ChristianMarathon de Paris, pieds nus, mon deuxième de la sorte (Seine Eure en 2012). J’ai amélioré mon chrono de 2 minutes, mais surtout, c’était une sortie plaisir avec des coureurs formidables, une fête de l’amitié donc, la première fois que je cours cette distance avec d’autres personnes. Leslie Slater et Thierry Sellem m’ont gentiment invité à les accompagner sur un temps de 4H, et j’ai presque réussi mon objectif, avant de succomber un peu à la fatigue pendant les 15 derniers kilomètres… Je pense qu’il faut courir un certain nombre de fois pour apprendre à gérer son effort, ça ressemble à aucune autre distance… J’étais un peu juste (loin d’être le seul, d’ailleurs) à cause peut-être d’une alimentation insuffisante. Peu importe…
A 35 kilomètres j’ai réussi à me mettre une écharde de verre dans le pied droit, sur le sol mouillé du ravito, et j’ai heureusement réussi à le dégager sans trop perdre de temps, avec l’ongle. Et j’ai également porté les stigmates d’une colonie d’orties rencontré lors d’une pause-pipi dans le Bois de Vincennes 😉
Côté revêtement, rien de bien méchant, quelques passages un peu pénible quand je commençais à fatiguer, mais la preuve – aucune ampoule, coupure, etc; sur les plantes. Un peu rouge et sensibles pendant l’après-midi, mais en fin de soirée, déjà largement rétabli. Par contre, les adducteurs sont vraiment fatigués, je marchais l.e.n.t.e.m.e.n.t après la course et encore maintenant. Ca passera. Rien d’autre à rapporter, aucune douleur aux mollets (!)

 Jean-Pierre

Marathon de Paris, l’histoire était trop belle ?

JPJ’avais suivi la meilleure des préparations, mêmes les intempéries de cet hiver rude n’ont pas eu raison de ma motivation. J’abordais ce dimanche matin le marathon comme un simple aboutissement de longues répétitions. J’avais confiance en moi, j’étais entouré de nombreux amis dans la même cible de temps et même le soleil était au rendez-vous. Tous les ingrédients pour une belle fête !
Départ avec les deux Philippe (Thuret et Albinet) dans le sas des 3h. Coup de pistolet et nous dévalons la plus belle avenue du monde. Nous sommes au coude à coude avec Philippe Albinet jusqu’au 30e km. Je laisse une bonne partie de mes forces à la Tour Eiffel, la suite sera un vrai calvaire ou j’alternerai marche et course. Je franchis l’arrivée en 3h11, un chrono qui il y a seulement 2 ans m’aurait fait sauter au plafond, mais là me plonge dans une grande tristesse…
Dans le sport, la contre performance fait partie du jeu et il faut savoir l’accepter. Je tacherai de tirer les conclusions pour aller de l’avant.

Jahom

jahom

J’atterris à 6 minutes de la cible. C’est peu et énorme à la fois. Mon record personnel sur la distance du marathon vole en éclats mais à chaud j’ai le sentiment d’avoir laissé passer une belle opportunité de briser la barre mythique des 3 heures.

La course fut belle jusqu’au 33ème kilomètre avec Jean-Pierre comme compagnon de route, une concentration extrême et un passage en moins d’1h29′ au semi-marathon. Oui mais voilà il restait 9 kilomètres. La présence réconfortante de Greg à 3 kilomètres de l’arrivée ne m’a pas empêché d’alterner marche et course sur un final pénible.

Temps final : 3h06’18 » – Récit

Giao

giaoPour mon neuvième marathon officiel, je nourrissais de grands espoirs dès le début de la préparation. Malheureusement les courses intermédiaires qui se sont succédées depuis janvier n’avaient guère donné de bons indicateurs : 46′ sur 10 K et 1h46′ sur marathon ce qui me laissait augurer un chrono de 3h51 au mieux.

Toujours est-il que j’ai fait 1h50 sur le premier semi et 2h15 sur le second, un très beau positive split qui n’est pas vraiment ce qui peut se passer de mieux sur une course. La face de la médaille est que j’ai pu prendre le temps de voir tous les copains sur le côté pour les encouragements : Sandrine, Christophe, Pathé, Annie, Alain, Grego entre autres et ceux qui étaient sur la route et qui m’ont gentiment encouragé quand j’étais dans le dur : Anso, Jean-Alex, Francky, Eric, Baba, … Une bien belle course avec un soleil éclatant, énormément de spectateurs et tous les potes autour pour bien profiter de la fête qui restera un beau souvenir tout de même.     crédit photo : Christophe Jullien

Anne-Sophie

anneSoMon objectif était de 3h45. Avec mon ami Ludo, nous avions conclu le pacte de rester ensemble jusqu’au 30e.
Nous nous sommes entrainés ensemble pendant plus de deux mois 4 fois par semaine. Je l’appelle le A380 tant il a des capacités exceptionnelles.
Alors le deal fut qu’au 30e en nous laissant nous devions nous dire  » je mets un billet sur ta tête ». Nous avions collé la phrase sur nos montres. Au 30e nous avions 4 minutes d’avance après un passage terrible pour moi au niveau des quais.
« Je mets un billet » signifiait que lui devait finir en 3.30 et moi 3.45.
On a mis les billets sur nos têtes. J’ai hurlé dans la foule plusieurs fois : je mets un billet sur ta tête mon ami!

Je l’ai vu partir à plus de 14kmsh.
Il m’attendait a l’arrivée.
Il a fait 3.29 et moi 3.41…
L’arrivée est indicible.

Ce qui m’a fait réussir hier ce fut l’entraînement, le mental mais surtout cette amitié.

The pink runner

228éme Marathon et certainement le plus dur physiquement la faute à une préparation quelque peu minimaliste.3h14′ le chrono est certes flatteur mais bien loin de l’objectif fixé (moins de 3h10′). J’ai pourtant tenu le rythme assez facilement jusqu’au 30éme malgré des sensations inexistantes et puis le trou noir, l’agonie, la souffrance. Fred Brossard a su trouver les mots pour me faire repartir et m’accrocher comme jamais.

Heureusement, il y a des points très positifs : Le départ avec Philippe et Jean Pierre, avoir fait partie de la Dream Team Runners.fr, les encouragements de Sandrine et Christophe et le plus beau ma chérie qui m’attendait à l’arrivée!

Place maintenant à LONDRES le 21 Avril pour le 29éme mais aussi et surtout le 5éme Major après NY 2007, BERLIN 2010, BOSTON 2011 et CHICAGO 2012 et avant TOKYO 2014.

Crédit photos : Christophe, Maya, Grégo, Valérie

Commentaires (2)
Trackbacks (0)
Manu Isostar
lundi 8 avril 2013, à 12:00
Bravo à tous, objectif rempli ou non! L'important est d'arriver au bout et de se projeter dans les prochains défis! Bonne récup!
Bertrand
mardi 16 avril 2013, à 14:18
vous êtes des champions
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment