Actualité de la runnosphère, Course
Trail de l’Ardéchois ou Bois de Boulogne? Vous avez le choix…
 
Pas de commentaire

 Ce week-end, il y avait d’un côté la course trail avec celui de l’Ardéchoix, et de l’autre, la course sur route, pour le 10km du Bois de Boulogne. Dans tous les cas, c’est sûr, la Runnosphère allait envoyer du bois!

Trail de l’Ardéchois

Mangeur de cailloux

Mangeur-de-caillouxPas facile de faire un résumé de ce gros week-end en Ardèche. La mauvaise météo était annoncée depuis pas mal de temps, mais franchement la neige, je n’y ai pas cru… Jusqu’à 800m d’altitude. Autant dire qu’avec deux passages à 1200 et un à 1000m, on a été servi! Devoir fermer les yeux à cause du vent et des flocons dans les descentes, c’est pas simple! Mais ça restera un gros souvenir : le passage dans les ruines de la forteresse, les torrents, et la dernière montée tout seul dans la tempête de neige sur un chemin à peine tracé dans le genets… ça forge le mental pour la prochaine course ! Je pense avoir bien géré mon effort, et bouclé une bonne course où je fini bien à ma place, derrière les costauds qui ont pu rester sur le 57km. Cette fois le plaisir était plus fort après que pendant la course.
Le meilleur moment reste la douche chaude à l’arrivée et le boeuf à la broche. A moins que ce ne soit l’apéro d’avant course… 😉
Mon récit est à venir. Mais je commence par un coup de gueule…
http://mangeurdecailloux.com/materiel-obligatoire-pour-tous-les-trails/

Runmygeek

Runmygeek5h40: Lamiricore vient me réveiller quoi 5h40, mince mon réveille n’a pas sonné 40min plus tôt il va falloir être prêt en 20min. Je speed un max avale un café, une banane et une barre Isostar, m’habille et nous voila dans la voiture. Au bout de 10min ma voiture fait des siennes on décide de retourner au gîte pour prendre une autre voiture. Déjà je me dis que c’est pas ma journée. Arrivée à Desaigne grosse envie de vomir, et paf je libère le petit déjeuner, on a vu mieux pour attaquer un trail, je ne parle pas de la pluie qui commence à tomber fort. Je prends le départ avec Fabrice et Julien mais je les perds de suite de vue dans la boucle du village. La première côte se passe sans trop des forts même si j’ai pas encore les jambes bien chaudes, par contre le bide me fait bien souffrir, et à chaque gorgée d’eau froide ça me fait encore plus mal. J’essaie de réchauffer l’eau dans ma bouche avant qu’elle descende plus bas mais rien n’y fait je me tiens le ventre … On est qu’au 7ème km et je me dis que ça va être long. Surtout que la neige vient de faire son apparition, heureusement que le trail est très roulant, de grosses pistes forestières qui permette de courir sans se poser de question. Je pense à Mich qui m’a dit qu’il basculerai peut être sur le 37km et je commence à envisager cette solution, je ne prends aucun plaisir et je me dis que le seul truc bien du week c’est d’avoir revu mes copains du TTT. J’arrive à la citadelle vers le 20ème (cf photo),je suis au fond du trou, je sors mon portable pour prendre une photo, la je vois un message de ma femme qui me dit qu’elle a senti le bébé bouger dans son ventre, j’ai les larmes aux yeux et ça me rebooste un max. Surtout qu’on arrive dans une descente bien caillouteuse ça me rappelle la maison. Mais quelques km plus tard j’ai re une baisse de morale, on arrive au ravito, pas de soupe le seul truc qui m’aurait fait envie, je prends un bout de fromage un gâteau et je continue, j’appelle Virginie pour me remonter le moral, je lui dis que je pense bifurquer sur le 37km. Je continue ma course et la décision commence à devenir claire dans ma tête, tu ne prends pas de plaisir met le clignotant, pourtant je ne suis pas fatigué, les jambes vont bien mais le ventre me tire toujours un peu plus et je n’arrive pas à boire pas plus de 200mL depuis le début de la course ça risque de casser ensuite.Je vois la bifurcation 57km/34km, sans hésitation je prends à droite, on doit être vers le 32, je me dis que j’en ai pas foutu lourd, il ne me reste donc que 2km de descente. En fait ça sera presque 5km la Ambit m’annonce 36.7km à l’arrivée. Je termine en moins de 5h avec un goût de course bien ratée, la faute à pas de chance pour le coup. Je retrouve les copains, je ne suis pas le seul à avoir bifurqué. Heureusement en Ardèche on est bien reçu et le bon morceau de barbaque chaud avec les patates me redonne le moral. Une course qui doit être très sympa par beau temps je pense que je reviendrais pour voir la deuxième parti du parcours qui devait être moins roulante

10 km du Bois de Boulogne

Giao

10 km du bois de Boulogne giaoAyant décidé de suspendre ma saison trail pour 2013, je me suis donc retrouvé engagé sur une série de 10 km dont le premier avait lieu à Boulogne. C’est une course qui me tient à coeur puisque la première fois que je l’avais faite en 2011, j’y avais fait la rencontre de mon ami Giao et j’avais retrouvé une grande partie de la Runnosphère dont Clara et Nico, Virginie et David pour ma première course officielle aux couleurs de la communauté des blog-runners. Cette année, je ne la courais pas pour moi mais en accompagnateur et meneur d’allure de mon amie Sarah qui revenait après 5 mois de blessures. Son objectif était de se rapprocher de son record de 49:43″ en passant si possible sous la barre des 50 minutes. A 10h00 il y avait une foule tellement dense que nous nous demandions si nous allions pouvoir maintenir notre allure cible de 5 min/km. Sarah était à l’aise sur la première partie et les premiers kilos furent avalés en 4:59″, 4:53″, 4:49″. Le milieu de course était plus compliqué et elle avait du mal à maintenir l’allure d’autant que nous attaquions les faux-plats montants. J’annonçais toutes les minutes le temps au kilomètre ce qui lui donnait une bonne indication sur l’allure à respecter. Eric Elron mon compère des fractionnés de Montsouris était également là pour la chaperonner et aller au bout de son combat. 5:01″, 5:02″, 4:59″ Nous étions très bons sur la première partie de la course, il fallait assurer la dernière avec brio. Sarah avait de plus en plus de mal et lâchait des précieuses secondes sur le retour vers l’hippodrome 5:09″ et 5:10 sur les 7 et 8 km.
Il ne restait plus que 2.000 mètres et Jasmine qui nous guidait avec son étendard flamboyant de meneuse d’allure des 50 minutes était toujours dans notre objectif. Elle nous avait dépassé à mi-course, rejointe par Harry Bignon qui l’avait interviewée en direct live devant nous quand je criais à leur passage : « Vive Harry, bravo Jasmine ! »
Le neuvième kilo fut avalé en 4:59″ et pour la dernière ligne droite de la course qui consistait en une dernière boucle, elle lâcha ses dernières forces quitte à défaillir sur la ligne d’arrivée et abatta ses cartes dans un formidable 4:45″. Le verdict et le suspense tombèrent à la ligne d’arrivée 49:58″ !!! Elle était revenue en bonne forme et avait rempli son objectif avec ses deux lapinous d’un jour.
Quel plaisir de permettre à un ou une amie runner de vivre ce beau moment de se rapprocher de son record ;o)

Doune

Alors que je viens de ranger les skis et donc de finir ma saison de ski-alpinisme, j’ai ressorti les runnings du placard et enlevé la poussière qui s’était déposée dessus. Quittant mes montagnes pour monter à Paris (bien que si l’on parle d’altitude, je descends plutôt) pour voir des copains pendant un weekend, Greg me propose le 10 kms du bois de Boulogne. Ni une, ni deux, me voilà inscrit avec Clément (mon partenaire de raid et de soirée). Rentré à 6h du matin, levé à 8h, je retrouve Greg et Giao avant le départ de la course. J’annonce direct, l’objectif est juste de courir, pas de chrono, pas de place au classement, juste courir. Le temps visé est d’ailleurs de 50 minutes, en mode trottinons-dans-les-bois. Le départ est donné, je pars au fond du 2e bloc, tranquillement. Au bout de quelques minutes, naturellement, je me retrouve à doubler des concurrents. Je discute avec certains d’entre eux mais je comprend vite que l’on n’est pas dans le même objectif alors je continue de courir et je me tais. Les supporters au bord du parcours semblent être aphones, l’ambiance est bien loin de mes courses de ski, enfin bref, je continue de courir, suis là pour ça, courir. On attaque la côte et attention, quelle côte ! 1% de pente au bas mot…. Un supporter annonce à un concurrent qu’il est dans les temps pour les 40 minutes. Quoi ?!? je regarde ma montre, 4min04 au kilomètre sur le kms en cours…. oups ! ben bon tant pis, je suis bien, bien loin de la zone rouge, et je profite de retrouver les chemins d’entrainement de mon ex-époque Parisienne.
Arrivé à la moitié du 8e km, on commence à entendre la sono de l’arrivée, j’accélère histoire de quand même se donner sur le parcours, je passe la ligne en 40min54 à ma montre, gros négative split à la clé. Suis content, j’ai couru. Merci à Greg pour l’idée de la course.

Greg

RunnosphereDepuis plus d’un mois, je n’avais pas enfilé de dossard. Et on pouvait compter sur les doigts de la main le nombre de mes sorties. Aussi, pour cette nouvelle manche du Paris Running Tour, j’avoue que je ne savais pas du tout ce que j’allais faire sur ce 10km du Bois de Boulogne. De toute façon, je suis là pour sauver les meubles. Aussi, comme vu avec Doune, ma technique sera simple: Partir à fond, accélérer pendant la course et finir en sprint! Mais surtout, je compte courir le plus vite en gérant au feeling. Quand le départ est donné, je pars à fond. Les jambes répondent bien du coup, je cours. Je crois une première fois Sylvie, venue encourager les membres de la Runnosphère. Je suis alors en 32ème position. Mais au fure et à mesure des kilomètres, je ralentis. Déjà. Au KM5, j’ai déjà plus de jus. J’ai fortement ralentis. Je décide d’essayer de récupérer. Je retrouve en haut de la côté Sylvie qui m’encourage, je me mets un coup de pied au cul, et je poursuis. Je regard alors ma montre et je découvre que je peux toujours faire moins de 40min. Faut juste gérer. Je décide donc de courir aux alentours du 4min au kilo. Je me paie même le luxe de sprinter sur le fin! Pour signer un 38min38sec! Je comprends pas comment j’ai pu signer ce temps! Je retrouve les amis sur la fin, sous le soleil. Que du bonheur!
Son récit de course: http://www.greg-runner.com/2013/05/06/10km-du-bois-de-boulogne/

Commentaires (0)
Trackbacks (1)
Aucun commentaire pour le moment
Laissez un commentaire

Soumettre