Portrait
Jahom ? Jahom ? comme Jalabert, comme Jaja…?
 
10 commentaires

arrivee_ecotrail_2012Certains connaissent Philippe, d’autres connaissent Jahom le blogueur, mais à l’origine Jahom n’est pas Philippe. Non, c’est le héros d’une bande dessinée du début des années 2000 intitulée les Traine-ténèbres. Quand, en 2009 Philippe démarre un blog, il ne sait quel pourrait en être le thème, alors il le baptise ainsi. Jahom.

Dans le même temps, il commence à publier des récits de course chez Esprit Running, notamment celui de sa toute première épreuve, sans toutefois penser à le faire sur un blog personnel. L’idée lui est vraiment venue quelques mois plus tard, peu de temps avant de rencontrer les futurs membres de ce que va devenir « la Runnosphère ».

La première fois que l’on m’a parlé de Philippe, on m’a tout de suite rapporté son côté geek. Je me demandais : qui est-il ? Plutôt un fan de connectivité et de digital ou de course à pied…

Quand on lui demande aujourd’hui, en bon blogueur, il confesse facilement : « je suis très (trop ?) connecté » ! Je ne lui jetterai pas la pierre (Pierre !) Pour autant, il ne se sent pas du tout l’âme d’un geek au sens caricatural du terme. Il révèle même qu’il est bien plus accro au sport qu’à son ordinateur ! Ahhhh, ça me rassure.

arrivee_semi_paris_2013

Trois choses pour le sortir de chez lui (la course à pied ne compte pas)

  • Philippe dit avoir énormément fréquenté les salles de concert de la Capitale, avec une préférence pour les salles pas trop grandes. Il aime bien découvrir des artistes qui ne déchaînent pas les foules, comme BabX par exemple. D’ailleurs il se dit toujours capable aujourd’hui de remplacer une séance de course à pied par un bon concert de chanson française.
  • De la même façon, il se déclare toujours partant pour aller se vautrer sur les sièges confortables des salles de cinéma en bas de chez lui.
  • Enfin il a la chance d’habiter à Paris (sic), une ville qui fourmille de bons restaurants. Alors, logique, il aime beaucoup partir à la découverte d’une nouvelle adresse. On a aussi ça en commun donc !

Quel coureur est Jahom ?
Philippe, je l’ai connu avec différentes facettes : un côté très libre, libre de courir à son allure, comme bon lui semblait, selon ce que lui inspirait le moment (et souvent bien rapidement) et aussi une volonté d’être plus carré, celui d’un coureur qui voulait poser un cadre pour progresser et atteindre un objectif.

Il faut dire que je l’ai suivi de près sur la fin de l’année 2012 et le premier trimestre de l’année 2013. Alors pour résumer la situation : la course selon Philippe à ce moment-là, c’est une pression qui, devient un vrai paradoxe, voire une ambivalence…

« Puisqu’il est temps de se livrer un peu je dois avouer ici que, gamin j’aurais tout donné pour avoir le talent et les capacités d’un futur champion de tennis. Je me suis rapidement rendu compte que je n’étais pas un très bon compétiteur. Je me suis contenté de cultiver mon goût pour l’effort physique et le plaisir que j’en soutirais en faisant du vélo puis en me mettant à courir.

J’ai souhaité l’an passé briser ma réputation de ‘coureur libre’ en te confiant les clés de ma préparation pour le marathon de Paris. De manière générale, j’aime aller chercher un chrono dès que j’enfile un dossard. J’ai voulu savoir jusqu’où je pouvais aller si je m’en donnais véritablement les moyens. Le résultat a été à la hauteur de mes espérances sur semi-marathon, mais je suis resté marqué par ce petit échec sur le marathon alors que mon/notre plan d’entraînement s’était presque parfaitement déroulé. »

Depuis il a renoué avec son sens de l’impro et sa soif de liberté, même lorsqu’il a fallu préparer la fameuse SaintéLyon Fin 2013.

En 2013, il avait un plan, et en 2014, que concrétise-t-il ?
Ce début d’année, Philippe l’a marqué par un triathlon sans préparation particulière ! Puis il envisage de poursuivre par un trail – presque improvisé – en forêt de Montmorency et d’enchaîner sur 2 semi-marathons, dont celui de Paris le 2 mars. Un rendez-vous incontournable pour lui, puisque c’est la cinquième fois en six ans qu’il y prendra le départ.

Après le 2 mars, qui sait ce qu’il va faire ? En tout cas, pas lui. « Je suis incapable de dire de quoi seront faits les mois suivants ! »

arrivee_2OkParis_2013

La running-Proust de Jahom

La qualité indispensable à une sportive

L’élégance

La qualité indispensable à un sportif

L’humilité

Son rêve d’enfant

Soulever la coupe du vainqueur à Roland Garros

Ta plus grande qualité de runner

La générosité

Ton principal défaut

Le manque de confiance

Ton héros favori

Ulysse 31

Le don de la nature que tu aimerais avoir

L’éloquence

Ta marque préférée

Le Coq sportif

Minimalisme ou pas 

Oui au zéro drop et aux larges toe-boxes. Non au zéro amorti.

Le trail (de montagne) t’attire-t-il, et si oui pourquoi ?

Il m’impressionne plus qu’il ne m’attire. J’ai peur de ne pas pouvoir assez courir et aussi des effets de l’altitude.

Des chaussures pour un marathon 

Adidas AdiZero Adios (JC : triple A bravo !)

Ton sport préféré 

Le tennis

Ta musique 

La chanson française (BabX, Franck Monnet, Thomas Fersen, Mathieu Boogaerts, la liste est longue)

Ton film 

Blade runner

Si tu ne devais faire qu’une seule course avec une prépa, laquelle choisirais-tu ?

Je serais prêt à faire ce sacrifice pour le marathon de Berlin

Entraînement seul ou accompagné ?

Ça dépend du type de séance, mais seul de préférence.

Le Philippe que JC apprécie…

Sous ses airs discrets, c’est lui qui m’a interpellé. Nous habitions alors les mêmes contrées, et avons couru ensemble le long du Canal. Rapidement nous avons sympathisé, et j’ai appris qu’il avait non seulement un blog mais que la Runnosphère, il en était également à l’origine avec des potes.
J’apprécie son calme, sa culture, son sens de l’analyse et je sais qu’il a un énorme potentiel sous sa semelle ! J’aime aussi l’homme érudit, ouvert, curieux.

Mais… Il reste encore quelques questions !

Comment ta famille perçoit ta pratique du sport ?

Mes parents m’ont toujours encouragé à faire du sport. Sans me pousser. J’ai joué très longtemps au tennis au club. A l’UNSS, j’ai touché au basket-ball, et très subrepticement au cross et à la piste (tiens tiens). Aujourd’hui ils sont au courant que je fais quelques courses et se contentent de savoir que je passe la ligne d’arrivée sain et sauf.

Est-ce que tu partages cette passion avec ta compagne ?

Tout dépend du sens qu’on donne au partage. Celui qui lui fera enfiler une paire de chaussures de course à pied n’est pas encore né ! Elle aurait plutôt tendance à se demander à quoi je cherche à échapper en passant une partie de mon temps libre à courir. Mais ça ne l’empêche pas de m’avoir accueilli à l’arrivée de mon premier marathon en 2010 avec une énorme banderole surprise ou au premier étage de la tour Eiffel, enceinte de cinq mois, à l’arrivée de l’éco trail de Paris en 2012.

Qu’est-ce que l’arrivée de ta fille a changé ?

Pas grand chose dans un premier temps. Un bébé ça dort beaucoup. Mais j’ai eu la chance en 2013 de pouvoir m’entrainer à l’heure de la pause déjeuner, ce qui rendait mes séances complètement transparentes pour ma petite famille. Aujourd’hui la choses ont changé, je ne peux plus m’entrainer ni à midi, ni en début de soirée. Je me lève donc aux aurores pour aller fouler le bitume et ça m’a plutôt bien réussi avant la Saintélyon en décembre dernier. Quant à ma fille, je compte sur elle pour venir m’accueillir à l’arrivée de mes courses dans les prochaines années !

Portrait réalisé par Jean-Christophe de Babaorun.

Commentaires (10)
Trackbacks (0)
Thepinkrunner
mercredi 5 février 2014, à 09:07
Encore un superbe partage!
Pourtant Philippe donne l'impression d'avoir du mal à se confier c'est donc un véritable plaisir pour moi de le connaître sous un nouveau jour comme ça.
Sinon Philippe, j'adore ta foulée, j'en suis même jaloux ;-)
Fanny (Trail&CO)
mercredi 5 février 2014, à 09:39
C'est super ces portraits, encore plus pour une ptite nouvelle qui découvre les membres de la Runnosphère :-)Ravie de te connaître un peu plus Jahom (je savais même pas que c'était un héro de BD !!), et BRAVO à JC pour ce joli portrait !
Jean-Pierre Run Run
mercredi 5 février 2014, à 10:13
Nous avons enfin la signification du nom "Jahom". Jaja est un mec bien !
Olivier
mercredi 5 février 2014, à 10:17
Portrait trés sympa

En effet, je suppose que les photos sont (bien) choisis mais la foulée est magnifique à chaque fois!!
fredrun
mercredi 5 février 2014, à 10:31
Sympa ce portrait. Avec les cheveux un peu plus long, tu ressemblerais presque à ton héros favori! ;-)
Nicolas
mercredi 5 février 2014, à 11:56
Très beau portrait.
Je me retrouve dedans sur de nombreux points.
DaJo
mercredi 5 février 2014, à 19:34
Beau portrait et ravi d'en savoir un peu plus sur Jahom
Lolotrail
mercredi 5 février 2014, à 21:37
Oui, sympa ce portrait... parce qu'on n'a pas vraiment eu le temp de causer à la Sainté...
Jaife
dimanche 9 février 2014, à 16:51
Super portrait ! et une superbe foulée sur chaque photo ! Tu les as choisi ? ;)
Philippe
lundi 10 février 2014, à 10:16
Vous êtes tous très gentils, tant mieux si ce portrait vous a plu, je crois qu'il est assez fidèle à ce que je suis (pour les sujets abordés :))
Concernant ma foulée, je veux bien admettre qu'esthétiquement elle n'est pas désagréable à regarder mais je suis persuadé qu'elle est très consommatrice d'énergie et bourrée de défauts techniques qui entravent la performance. Mais là encore voilà une de mes caractéristiques en matière de sport. Je préfère souvent le beau à l'efficace. Quand les 2 sont réunis c'est le must :)
Je stocke mes photos de course ici : http://www.flickr.com/photos/loden/ dès qu'il y en a une un peu "sale" je vous préviens ;)
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment