Non classé, Portrait
Jean-Pierre : Run, reporter, run !
 
5 commentaires

JPRUNRUN-9805Si vous suivez régulièrement la Runnosphère, vous connaissez tous celui qu’on appelle Jean-Pierre Run Run, le « Run Reporter Run », celui que vous voyez en photo à côté de nombreux athlètes, à tester les derniers produits, à vous faire découvrir les marathons du monde, à vous faire partager les bons conseils de pros, l’ambiance qui règne dans le peloton avec sa caméra… Oui, vous l’avez vu, vous l’avez lu, c’est sûr. Mais le connaissez-vous vraiment ? Savez-vous d’où il vient, où il va ? Et bien j’ai décidé d’en savoir plus sur lui et j’avoue avoir découvert… mon antithèse de la course à pied !

Jean-Pierre Run Run : un produit issu de la génétique ?

La passion du sport et de la course à pied, ça n’est pas un truc qui vous tombe dessus par hasard, c’est encore plus vrai pour JPRR : il baigne dans cette ambiance dès son plus jeune âge en suivant partout un papa déjà « pionner de la course sur route » du côté de la cité Phocéenne où il est né il y a quarante et quelques années… Déjà, son père lui fait goûter à l’ambiance particulière de la course à pied en l’emmenant partout avec lui et sa bande de copains, en lui faisant partager les pique-niques d’après courses où chacun « refait le match » (la course).

Alors tout naturellement, JPRR, après une petite tentative dans la pratique du judo, s’est mis à courir à ses 16 ans. Il a tout essayé ou presque,  du demi-fond (800-1500-3000m) au fond (10, 21, 42km). Mais ça, c’était sans compter sur le coup de foudre, sans compter sur celle qui l’a rendu « fada » et qui l’a arraché à Marseille pour l’emmener à … la Capitale (heureusement qu’il ne fait pas du foot notre JPRR !) De cette union sont arrivés 2 garçons et une rupture sportive pour le nouveau papa. C’est l’heure de la grande déchéance : JPRR devenu rockstar, s’alcoolise et se drogue… euh, non, pardon, je dévie un peu là… non, JPRR reste très actif mais plutôt envers sa famille et perd alors cette rigueur que demande la course à pied et prend un peu d’embonpoint.

Après une pause de 5 ou 6 ans, les enfants ayant aussi grandi, le JPRR nouveau est arrivé : reprise du sport, d’abord en salle. Bon, les machines de torture ne sont pas sa tasse de thé, par contre, il trouve un attrait sur le tapis de course et le vélo. Alors l’envie revient, JPRR court à nouveau et en 2009, il boucle le Marathon de Paris en 4h10. Aujourd’hui, son meilleur temps sur le parcours est à 3h06 et il ne désespère pas de passer sous la fatidique barre des 3 heures !

Et puis, les enfants de JPRR sont devenus grands (11 et 13 ans). Pendant qu’un fréquente les tatamis du judo, l’autre pratique … l’athlétisme ! Apparemment, la passion du sport et de la course à pied soit bien être une affaire de génétique !!! Mais JPRR n’est pas un papa-coach, il laisse le petit se faire son expérience, surtout que pour le moment, il ne s’est pas encore spécialisé dans une discipline. Mais une promesse plane sur le couple père-fils avec en jeu une participation commune au Marathon de New-York pour les 20 ans du jeune homme.

JPRUNRUN-0005

Jean-Pierre Run Run : une arme de destruction massive ?

JPRR a dû batailler dur pour revenir à son niveau actuel en course à pied. Et il sait qu’il a encore du boulot pour passer sous les 3h de course au Marathon. Alors il en a fait son objectif principal et pour cela, il s’est entouré. Depuis toujours, JPRR est licencié en club, ce qui lui permet de partager de bons moments avec ses collègues du club (Nanterre Athletic Club). Mais surtout, JPRR pense qu’il a encore beaucoup à apprendre et être en club, c’est aussi l’opportunité de bénéficier de l’expertise d’un coach. Mais ça ne lui suffit pas, il en est même venu à prendre son coach personnel (Jean Delatour de chez Xrun) spécifiquement pour le prochain Marathon de Paris ! Et la preuve que malgré des 10aines d’années de pratique on a toujours à apprendre, c’est que ce coaching lui fait reprendre sa foulée !

De toutes façons, JPRR a besoin de tout planifier, c’est un éternel inquiet à la limite de l’angoisse, il n’aime pas l’inconnu. Il faut donc tout calculer avec des plans d’entrainements précis, avoir quelqu’un qui le « drive », qui lui corrige ses défauts… Bref, JPRR est un acharné du travail, il a besoin de se rassurer  pour faire « péter les chronos » !!! Son plaisir, c’est de là qu’il le tire, améliorer ses performances, être sûr d’avoir tout fait pour battre un record personnel. C’est un compétiteur avant tout !

Alors une fois le Marathon de Paris couru, une fois l’échéance passée, JPRR s’octroie une récréation et s’en va jouer au « triathlon »… Il aime courir, pédaler, un peu moins nager mais c’est ici un autre plaisir qui prend le dessus : celui de se surpasser dans l’effort et l’endurance. Et puis JPRR n’est pas dupe, il sait qu’à son âge bien avancé (oups… son jeune âge !), ce sont des pratiques qui lui permettent d’économiser un peu sur les articulations et de renforcer un peu les muscles. Au « Tri », les 3 disciplines lui apparaissent comme complémentaires. Tout bien faire pour faire longtemps…

Mais JPRR ne travaille pas que pour les chronos, sur son blog « Run Reporter Run », il y passe également beaucoup de temps, environ 2h par jour, pour vous permettre d’y découvrir un contenu de qualité.

IMG_0489

Run Reporter Run : le blog du petit reporter ?

Au départ, l’idée du blog est venue il y a 3 ans pour raconter la préparation et la participation d’une bande de copains au Marathon de Paris. L’exercice a plu à JPRR et il a alors voulu tout de suite se démarquer des autres blogs en parlant de ses congénères plutôt que de lui. Il s’arme donc de sa caméra et sous forme de reportages, il nous fait découvrir ses rencontres avec les athlètes comme les simples passionnés.

Passionné inconditionnel de la marque Nike, il découvre aux Etats-Unis un blog intitulé « Nike Run Reporter ™ ». Il s’en inspire et en se souvenant du film « Forest Gump » (Cours Forest !!!!), il donne naissance à « Run Reporter Run ».

Il passe donc beaucoup de temps à le peaufiner, à l’enrichir de contenus intéressants, ce qui lui vaut aujourd’hui une petite notoriété lui apportant la confiance d’équipementiers, d’athlètes et de marques. Ainsi, il peut encore plus vous proposer ses découvertes, ses tests de matériel. Il est conscient que c’est une chance mais qu’il estime due à son travail.

Et puis il y a quelques temps maintenant, il découvre les Pasta Running Party, il lit les blogs de Djailla ou de Greg Runner : il admire le travail réalisé par ces gens, il apprécie l’ambiance « pionnière » de leurs démarches et décide donc de rejoindre la Runnosphère. Seulement voilà, ses choix éditoriaux ne rentrent à priori pas dans les cases mais à force de discussion, il intègre le groupe et en tire une certaine fierté. Pour JPRR, la Runnosphère, c’est une « coopérative qui permet de faire le poids face aux gros médias ou grandes marques. Nous sommes désormais connus et reconnus par tous les acteurs du running en France. »

Jean Pierre Run Run Vs Lolotrail : un match ?

Non, pas de match entre gens de la même équipe. Simplement, comme je vous le disais, j’ai rencontré mon antithèse de la course à pied. Alors que moi je suis incapable de planifier un quelconque plan d’entrainement, que je ne connais même pas mon temps au 10km, que mon chrono passe bien après mon plaisir à arpenter des chemins dans de somptueux paysages lors de mes sorties trail, JPRR, c’est tout le contraire ! Une planification aux petits oignons, une préparation rigoureuse pour un résultat à la hauteur de ses ambitions : un bon chrono, des articles de qualité et le tout, dans le partage et la simplicité. Comme quoi, on peut avoir la même passion et la vivre différemment, c’est aussi ça la force de la Runnosphère !

Alors tout ce que je souhaite à JPRR, c’est de passer sous la barre des 3 heures lors du prochain Marathon de Paris. Rendez-vous début avril !

JPRR en quelques mots :

  • Ton équipement favori (vêtements et chaussures) : Mes chaussures préférées les Nike Flyknit pour le textile la marque Gore Running.
  • Ta montre GPS/Cardio : En ce moment je suis fan de la Garmin 620.
  • La course de tes rêves : Pendant longtemps ce fut le marathon de New York, j’y suis allé en 2012 et pour la première fois de l’histoire elle fut annulée. Cela a cassé quelques choses, cela ne me fait plus rêver !
  • Ce que tu préfères en course : Le dépassement de soi. S’il n’y avait pas de compétitions, je ne suis pas sûr que je ferais du sport ?
  • Ce qui t’énerve le plus en course : Les gens qui ne partent pas dans le sas de leurs niveaux.
  • Ce qui peut te faire arrêter de courir : J’ai arrêté pour m’occuper de ma femme et des enfants maintenant qu’ils sont plus grands, seule la blessure pourra me stopper.
  • Ton sportif favori : J’aime Gébré Célassié car sa vie est un conte de fée, dans un autre registre j’adore Bob Tahri pour sa passion. Dans le triathlon, je suis un fan inconditionnel de Mark Allen, une légende vivante.
  • Tes meilleurs chronos : mes meilleurs chronos sont à venir ! Sur 10 km : 38’ 10’’, sur semi : 1h 24’ 39’’ et sur marathon : 3h 06’ 24’

Portrait réalisé par Laurent, de Lolotrail

 

Commentaires (5)
Trackbacks (0)
fredrun
mercredi 19 mars 2014, à 15:01
Très sympa ce portrait ! Je me retrouve sur certains points.... en tous cas, MERDE pour le marathon, en espérant que tu casses cette barre fatidique !
Olivier
jeudi 20 mars 2014, à 16:15
Je suis fan de son blog pour la simplicité que cela dégage. je ne connais pas JP mais il ressemble au copain avec qui on a envie d'aller prendre une biere pr parler de Tri ou de CAP
freerunner
jeudi 20 mars 2014, à 18:11
merci pour ce portait et pour avoir lever le mystère
je devrais le rencontrer lors de la prochaine pasta party! ...mais j'ai l'impression de le connaitre un peu
freerunner
Alain
vendredi 21 mars 2014, à 13:34
Je connais JPRR depuis son retour à la CAP, lisez et écoutez le, c'est un de mes meilleurs conseiller......
Greg Runner
Greg Runner
lundi 24 mars 2014, à 17:22
Reste plus qu'à te bouger les fesses pour ce moins de 3h. Histoire de mettre la pression au fiston... :-)
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment