Actualité de la runnosphère, Course
Triathlon de Villeneuve d’Ascq, Trail des Reculées, Duo des Lucioles, Passage du Viaduc et Marathon de Paris
 
Pas de commentaire

Maya vous parlait des bénévoles dans ces encouragements de vendredi, et oui sans eux pas de course et sans courses nos baskets seraient bien malheureuses, non? Alors que se soit sur un triathlon, un Trail ou même un marathon ils ont été présent ce week end pour notre plus grand bonheur!

Triathlon de Villeneuve d’Ascq

Nico2Gan

DSC_0046Un triathlon … au milieu d’une prépa marathon … oui c’est incongru, alors oui j’aurai pu participer à un semi marathon mais non. J’ai choisi de faire ce triathlon avec des membres de mon club, pour le fun, pour participer à un moment d’échange avec des gens que je ne connais que peu. Et c’était ça l’important, passer un bon moment. On était en équipe mixte. La natation se passe bien, tout le monde suit le rythme, on a décidé de pas aller trop vite et de faire la course ensemble. La partie vélo est une formalité, à part un dérailleur récalcitrant pour l’un des membres de l’équipe. Les écarts se font pendant la course à pied. Nous sommes 3 à nous détacher, le rythme est très bon. Nous passons la ligne en 1h22’48 », 6ème équipe mixte mais 3ème en senior. Eh oui, premier podium, comme quoi, il faut parfois faire des écarts sur son plan, un podium et un bon moment passé, ça n’a pas de prix.

Trail des Reculées

LoloTrail

reculee-baume-les-messieursPendant que la plupart des regards se sont tournés vers le Marathon de Paris, je suis parti de notre côté à l’assaut du Trail des Reculées de Lons-le-Saunier. Si la distance y est un peu inférieure (près de 38km), il n’en est rien pour le dénivelé qui avoisine les 1300m! Mais surtout, ma « promenade » loin de la Tour Eiffel m’a permis de découvrir des lieux parmi les plus beaux du Jura avec ces magnifiques Reculées (renseignez-vous si vous ne savez pas ce qu’est une reculée, voir la photo!), la très belle cascade des Tufs et un joli tour dans Baume-les-Messieurs avec la traversée de l’abbaye. Des panoramas à couper le souffle, de jolies grimpettes, de grandes descentes, une arrivée « triomphale » sur les pavés des arcades de Lons,… Autant d’images accumulées durant ces 4h27 de course qui resteront gravées dans ma tête. Côté sportif, ma gestion de course a été bien meilleure que d’habitude même si je sais que je dois encore progresser car les 20 derniers km plus roulants ont été difficiles, surtout après 2 belles chutes! Par contre, plus de facilité dans les côtes et dans les relances, et ça, c’est de bonne augure pour la suite. En résumé, une magnifique course sous le soleil, et toujours la vraie belle ambiance qui caractérise le trail, notamment jurassien!
Plus de détails très bientôt sur www.lolotrail.fr

Duo des lucioles

Fanny de Trail&CO

imageOn pourrait dire « un duo pour deux fois plus d’émotions » parce que des émotions il y en a eu !
Voilà plus d’un an que je n’ai pas couru avec ma grande sœur de cœur. Bon elle avait une bonne excuse… elle est tombée en enceinte 🙂 Elle a commencé a recourir récemment, et je sais que niveau motivation c’est pas encore ça. Alors quand je vois qu’il y a un duo près de chez nous ben j’hésite pas a en lui parler ! Et malgré la distance elle accepte de suite !
Alors voilà le célèbre duo Trail&CO/Buzzy le Colibri de nouveau opérationnel qui s’est lancé a l’assaut des 15km du Trail des Lucioles a Frontignan vendredi dernier.
Au départ je me fixe un seul but, soutenir a fond Virginie pour qu’elle finisse. Et je n’ai pas été déçue, sur les 7 premiers km, que de la montée, elle n’a rien lâché !! Après un peu de plat, pas évident de relancer, et puis 5km de descente. Un vrai régal ! Et puis tant d’émotions ! Sur la descente quand je sentais l’arrivée proche j’avais les larmes aux yeux tellement j’étais fière d’elle !! On a franchit la ligne d’arrivée main dans la main, comme au bon vieux temps !
Voila comment la course a pied peut aussi rapprocher des personnes 🙂

Buzzy le Colibri

Comme dit l’expression « j’ai vu de la lumière … je suis rentrée » c’est un peu ce qui c’est passé, ce vendredi soir pour moi au trail des lucioles !

 Depuis l’arrivée de notre petit bout il y a presque 7 mois, difficile pour moi, voire impossible de trouver la motivation de courir 5 bornes… L’idée du dossard et des entrainements étaient devenus anxiogènes pour moi !
 Sauf que lundi, ma copine Fanny m’envoi un texto « faut que je te demande…. tu fais quoi vendredi ? RIEN? Ça te dis de m’accompagner au duo des lucioles, 15km de nuit dans la guardiole ? »
 Et voilà comment l’envie est revenue …. Après c’est un peu le trou noir : l’excitation d’abord, avant le départ….
 Puis le départ, cette première côte que ma copine fanny m’encourage à manger …. Sauf que cette côte fera 7,5 km ….
OUF enfin mangée, nous attaquons le plat , ça repose ! Puis la descente , mon terrain de jeu favori (mais de jour , ou de nuit avec un frontale )…. en blonde que je suis, je suis partie sans pile et cette grosse descente fut un enfer.
 Une dernière montée puis apres un charmant single descendant…. La butte de cross …. Si étais vulgaire je remplacerai le b par un p mais je suis une lady ! Celle ci m’a séchée, tuée, anéantie !
 Mais enfin je vois l’arrivée, ma fanny prend ma main et nous passons cette ligne tant attendue !!! Yessss ! j’ai l’impression d’avoir gravi l’EVEREST !
 Cette course aura été plus dure que je ne l’avais estimée (pour être franche je n’avais rien estimé du tout), mais la satisfaction d’autant plus grande!
 Merci ma Fanny de m’avoir embarqué dans cette folle aventure!

Passage du Viaduc

The Pink Runner

1ère escapade Creusoise pour nous dans le cadre du Challenge Centre Nature. Temps magnifique, trail super bien organisé et balisé. Dommage pour le podium V2 mais bon l’essentiel était ailleurs et la suite ici : thepinkrunner.fr/?p=7375 

Marathon de Paris

Run reporter Run

Le marathon est une épreuve mythique. Pour certains la distance est un obstacle à surmonter, pour d’autres c’est la vitesse qu’il faudra « dompter ». Pour la deuxième année je tentai d’approcher la barrière des 3h, mais celle-ci fut une fois de plus trop haute pour moi ! Résultat, un abandon au 34e km la mort dans l’âme, mais pour le salut de mon corps qui commençait sérieusement à surchauffer. Je reviendrai plus fort et j’effacerai cet échec…

Kejaj

1907955_10203351302800256_1845350739_nAprès une préparation laborieuse, je m’aligne sur mon 3ème marathon de Paris sans trop savoir quel objectif me fixer, celui de 3h30 que je m’étais fixé en début de prépa me semblant difficile à atteindre. J’ai préféré prendre un départ prudent en essayant de fixer mon allure entre 5’05 et 5’10/km au moisn sur les 5 premiers kilomètres. Dès le 10ème kilomètre, je sais que je ne pourrais pas faire les 3h30 alors je me base sur l’objectif de battre mon record perso de 3h44, j’essaye d’écouter le retour de sensations de mes jambes qui sont limite. Contrairement aux jambes, le souffle est bon, au moins, jusqu’au 35ème, ce qui me permet de bien profiter du paysage urbain.
 A partir du 35ème je sers plus les dents et je finis plus difficilement. A l’arrivée, je bats mon record perso de 1′ en réalisant 3h43 pour une 8931ème place soit 1000 de mieux que l’année dernière.
Commentaires (0)
Trackbacks (0)
Laissez un commentaire

Soumettre