Actualité de la runnosphère, Course, Non classé
10km du bois de Boulogne, Boucle de Sermoise, Trail des Lacs, Marathon de Nantes, Transéranne et le Lièvre et la Tortue
 
2 commentaires

Rien ne sert de courir il faut partir à point…..En même temps il est de bon ton de courir un minimum sur une course je pense mais qu’on soit lièvre ou tortue le principal c’est d’apprécier sa course!

10km du bois de Boulogne

Giao

Je suis arrivé 5 min avant le départ de la course pas pu bien m’echauffer
Suis parti sur les bases cibles mais j’ai pas pu tenir l’allure effondré après le faux plat du 5-6 km pas pu relancer et j ‘étais à l’arrêt du 7 au 9 content de la course car ça fait du bien de refaire de l’intensif après le Marathon de paris ! Mon temps 46:00

Boucle de Sermoise

Les baskets roses

SAM_2669Ma première course en tant que « lièvre » pas que l’allure voulue était rapide mais ma première course en accompagnant une runneuse débutante sur sa toute première compétition, une coté que je ne connaissais pas encore mais qui m’a bien plu, l’objectif de 30min sur 5km à « presque » été atteint! le récit complet: http://lafilleauxbasketsroses.blogspot.fr/2014/04/cr-des-boucles-de-sermoise-5km.html

Trail des Lacs

Lolotrail

ArrivéeClairvaux-les-Lacs (39):
On a eu peur avec cette pluie de la veille au soir mais à l’heure du départ, l’averse est passée, juste de quoi rendre les chemins gras comme il faut ! Départ donc à 9h30 pour une course annoncée à 35km mais qui n’en fera que 33 et demi en frôlant les 1000m de dénivelé. Un départ bien prudent et comme d’habitude, on papote, on rigole et on admire la jolie vue sur le lac de Clairvaux-les-lacs. Et puis le peloton s’effile, les premiers chemins techniques arrivent et c’est la séparation entre le 18 et le 35km. Jusque là, je maintiens un très bon rythme, à plus de 9 km/h pour ces premiers 10km. Passage au mont Paradis, un demi-tour du lac d’Etival, la montée au Belvédère pour admirer les jolis panoramas. Je cours quelques instants avec la 3ème fille, elle passera Chatel-de-Joux et son ambiance survoltée devant moi. Je la doublerai dans la descente qui suit. Après la dernière grosse côte bien grasse, le profil est descendant, ce que je préfère. J’ai les jambes alors j’accélère un peu pour boucler la course en 3h50 et je retrouve ma petite femme qui avait fait le 10km en mode randonnée. Encore donc une bien belle course dans une belle ambiance, une étape de plus sur mon chemin vers la TDS.

Article à suivre sur www.lolotrail.fr

Marathon de Nantes

Mangeur de Cailloux

julien-nantes 3h18’09

Il y avait du vent, de la pluie, des copains.
C’était dur. Comme un marathon. Je suis parti pour faire 3h10 et étais dans les temps jusqu’au 28 mais une énième rafale a eu raison de mes forces au 31ième kilo…
3h18’09 au passage de la ligne, après avoir fait le yoyo entre 4’30 et 5’18 en fonction du sens du vent ou des montées sur les 10 derniers kilomètres.
Il fallait de toutes façons oublier le chrono ce dimanche matin, où avoir une bonne marge sur l’objectif prévu. Je ne pense pas avoir les 3h10 dans les jambes ce jour-là ; Surement 3h15 ; mais sans regret car cette course conclue de belle façon une semaine de vacances avec mes plus fidèles supportrices !
La suite prochainement sur le blog…

Clem Running

arrivée MDNANTESEn ce dimanche 28 avril 2014 il ne faisait pas bon être coureur à Nantes. Pour ce marathon nous avons eu droit a des conditions plutôt exécrables. La pluie nous tombe dessus et le vent vient nous secouer, un temps breton pas idéal pour jouer les marathoniens.

Parti avec pour objectif de finir en 4h15 je vais rencontrer un « mur » au 33ème kilomètre : plus de son et plus d’image. Comme un boxeur acculé dans les cordes, j’ai pris un uppercut, j’ai été compté jusque 8 mais je me suis relevé pour terminer ce combat que j’allais finir par remporter.
Au bout de 4h28 d’effort je franchis la ligne de mon second marathon, dans une émotion indescriptible.

Félicitations aux autres Runnosphèriens Julien, le mangeur de cailloux, et Sébastien, le local, pour leurs très belles performances dans ces conditions plus qu’éprouvantes !

Seb de Courir à Nantes

Arrivees5633ème marathon de Nantes consécutif, je cours à la maison, je connais la ville et je visualise parfaitement le parcours. La pluie et le vent étaient annoncés, il seront bien de la partie. Les passages sur les bords de la Loire vont être terribles. Je prends le départ avec Julien (mangeur de cailloux), nous resterons ensemble pendant 20 kilomètres. Nous sommes dans l’allure pour finir sous les 3h10. J’en ai sous le pied, le cardio est assez bas et les conditions ne me font plus peur. Je décide d’accélérer avant le passage au semi. Mauvaise idée que je vais payer un peu plus tard. La deuxième boucle sera fatale. Le vent sur les quais rend la progression difficile, la dérive cardiaque achève le boulot ! Avec la pluie, les mollets et les cuisses se tétanisent. Je vais courir 10 km sur des jambes de bois. Je dois marcher, souvent, le chrono devient anecdotique, maintenant il faut rallier l’arrivée.
Je franchis la ligne après 3h16 … Je n’ai pas souvenir d’avoir autant souffert en courant. Ce marathon, je l’ai couru avec la tête, car les jambes n’ont pas tenu la distance.
Compte rendu à suivre sur Courir à Nantes.

Transéranne

Run my geek

DSC05950Samedi j’ai participé à la transéranne à Cazillac dans l’Hérault, un trail court de 25km pour 1000D+. C’était ma 1ère compétition solo depuis plus d’un an,je n’avais participé depuis qu’à un ultra avec un ami, un marathon en relais et un trail avec une copine. C’est donc comme un grand avec pour objectif de me pousser un peu que je participe à cette épreuve. ça part de manière raisonnée et j’en profite pour rester proche de la tête de course. Je suis 13ème au 8ème kilomètre, je m’accroche sans savoir si ce rythme endiablé tiendra jusqu’au bout. Le sentier est très technique et je dois faire attention en descente c’est loin d’être ma spécialité, heureusement la grosse bosse de 500D+ permettra d’étirer le groupe de concurrent. En haut on repart dans de la descente technique, je perds quelques place que je reprends sur les parties plus roulantes. Je sais qu’à l’arrivée ma femme et mon fils m’attendent, dans un dernier effort je m’extirpe du groupe de trois dans lequel je suis pour avoir le temps d’attraper Arthur et passer ligne avec lui sans me faire doubler. Beaucoup d’émotions en passant la ligne, je me revoie tout petit passer la ligne en courant derrière mon père. La boucle est bouclée. Au final 2h27, 13ème au scratch et 4ème senior, ça valait le coup de forcer un peu sur la machine.
la suite http://www.runmygeek.com/2014/04/transeranne-1er-dossard-de-lannee.html

Le lièvre et la tortue  à Maisse dans l’Essonne.

Sydoky

SONY DSCJ’ai choisi cette course pour ma dernière séance préparation Foulées de la Soie au Laos.
Entre deux averses, un superbe parcours ce Trail du Lièvre et la Tortue ! Annoncé 11km c’est plutôt 12,33 km d’après ma trace GPS. De tout comme terrain, bitume, sable, mousse, rochers, des côtes raides, des descentes pentues aussi, chemins single track, de belles vues, un vrai plaisir en mode Tortue comme prévu. Résultat 1h23 avec de la marche dans toutes les côtes bien raides, relance sur le plat et descente avec prudence car pas mal de pierres et racines. Manquait juste un gros soleil pour me préparer aux conditions climatiques du Laos 😉

Commentaires (2)
Trackbacks (0)
Fanny (Trail&CO)
mardi 29 avril 2014, à 11:34
Bravo à tous vous êtes trop forts !!!!!
DaJo
mardi 29 avril 2014, à 19:20
Bravo à tous ! le weekend a été "riche" !!
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment