Actualité de la runnosphère, Course
Marathon de Paris et trail des reculées
 
Pas de commentaire

Marathon de Paris

 

AL de BabaoRun

Un premier marathon dans l’euphorie.
Je boucle en 4h22, un chrono inespéré puisque je partais sur un temps idéal de 4h20. Le soleil, pas de mur et plein de bonnes ondes diffusées par des accompagnants et mon chéri, j’ai été gâtée. C’était super et je suis… marathonienne (et fière !). Bravo à tous les coureurs de la Runno qui ont pris ce départ du 39e marathon de Paris.

 

Djailla

Mon premier marathon, tiens on dirait le nom d’un blog bien connu :p
Eh oui, c’était pour moi le premier, après avoir presque doublé la distance sur l’Eco-Trail 80km, je ne m’étais jamais attaqué à cette distance symbolique pour tous les coureurs. Et voilà que Julien propose un dossard gagné à un concours ! L’idée me trotte dans la tête et je gagne le dossard au mini tirage au sort. Maintenant, il va falloir courir. Pas le temps de faire un vrai un plan d’entrainement, mais j’ai l’envie. Je me rends donc au départ, sans appréhension et avec l’envie de profiter de cette superbe journée printanière. Je me cale sur la bonne fréquence cardiaque et enquille les kilomètres. Croisant supporters et supportrices pour une finish sur une avenue que je connais bien pour la prendre plusieurs fois par semaine en vélo 🙂

En passant la ligne, je regarde ma montre que j’avais un peu oublié sur le finish pour me rendre compte que je fais un sub 4h de peu !!! 3:57:46 C’était une superbe course, organisation sans failles et bonne ambiance. Je comprends maintenant la magie du Marathon de Paris

 

Giao (photographe)

10950676_1026674690694206_9214084467697177172_nJ’ai eu l’immense privilège grâce à l’ami PinkRunner de figurer parmi les photographes accrédités ASO pour shooter le Marathon de Paris 2015. Dans un premier temps, j’ai pris quelques 1845 photos en 1 heure placé à quelques centaines de mètres de la ligne de départ. C’est en rejoignant l’arrivée parmi la cohorte des journalistes de France Télévisions, les photographes de L’EQUIPE et des télévisions étrangères que j’ai ressenti un plaisir intense à capter ces tranches de vie et d’aboutissement au moment de franchir la ligne mythique. Les larmes, les pleurs, les cris m’ont marqué et fait revivre mon propre premier marathon qui est une intiation presque mystique car on sait que l’on entre dans quelque chose de plus grand qui nous fait sortir de notre condition de simple joggeur du dimanche. Les images. Vous avez aimé ces images, vous aimerez GiaoRunning.

 

Jean-Pierre Run Run

unnamedLe marathon de Paris représente chaque année le rendez-vous de printemps. Pour rien au monde je ne manquerai cette échéance, sauf que… durant l’hiver, une vilaine inflammation au tendon d’Achilles m’a obligé à stopper la course durant un mois et demi. Puisque le record ou la performance ne seront pas au rendez-vous, pourquoi ne pas tenter une nouvelle expérience de partage 2.0 ? Retrouvez l’article complet sur https://runreporterrun.wordpress.com/ et la vidéo en dessous

 

 

 

Jahom

unnamed 32J’ai appris, alors que j’étais en pleine préparation de l’éco trail de Paris que j’avais remporté un dossard pour le marathon de Paris 2015 grâce à un concours organisé par le baume du tigre. Sur le coup, la perspective d’enchainer en 3 semaines les 80 kilomètres de l’éco trail avec les 42.195 kilomètres du marathon m’a un peu effrayé. Mais j’ai finalement accompagné Julien qui s’était lancé le même défi. Pour ma troisième participation à cet énorme marathon, je n’ai pu faire mieux que 3h17, mais l’essentiel est ailleurs. J’ai vécu cette course comme une belle fête. Mon tendon d’achille malheureusement un peu moins. http://wp.me/pvT04-1bV

 

 

Mangeur de cailloux

Dimanche, la météo parfaite, presque chaude, les copains au départ et l’ambiance sur le parcours tantôt calme pour se concentrer, tantôt de folie façon arrivée à un col sur le tour de France… Coté chrono, le timing parfait jusqu’au 30. Mais depuis le semi je savais que je n’étais pas assez « facile » pour tenir le rythme jusqu’au 42ème. J’ai un bon passage à vide en arrivant vers le 35, je me voyais même pas accrocher 3h20 et finir le marathon moins vite que l’écotrail… Mais la perspective de retrouver mon pote Ben me rebooste un peu. S’en suit un finish à bloc, (à un gros 12 / 12,5…) et je suis bien content de boucler l’affaire en 3h15 !

La suite à lire ici : http://mangeurdecailloux.com/marathon-de-paris-2015-ca-passait-cetait-beau/

 

Maya

unnamedCela fait déjà plusieurs années que la Maya Team (le fiston et moi-même) assistons sur place au Marathon de Paris. Après une participation en duo, c’est désormais en spectateur que nous nous y venons pour voir, encourager et photographier les coureurs et profiter ainsi de cette ambiance de fête. La veille au Salon du Running, notre dimanche était réservé à la course. Après plusieurs semaines d’entraînement assidu, on sent bien que tout le monde est vraiment content d’être là. Il suffit de voir le visage radieux et l’attitude joueuse de ces coureurs et coureuses venus en groupe sur cette belle course. Au départ comme à l’arrivée, nous avons ainsi profité de cette belle fête en vivant ainsi de magnifiques moments de sport et surtout de bien beaux moments de partages (CR à venir).

Philippe

Il y a des Marathons qui se courent pour la perf et d’autres qui se font par plaisir (encore plus quand on le partage à deux comme ça) et moi je suis de plus en plus dans cette 2éme catégorie. Dimanche 12 Avril : En plus d’être la date du Marathon de Paris, c’est aussi et surtout l’anniversaire de ma chère et tendre. Pas d’autres objectif à 15 jours à peine des 100 kms de BELVES pour elle de se faire plaisir surtout en enchaînant avec les Ecotrail 50 et 80. Nous n’avion pas prévu d’en être mais, comme beaucoup, nous avons eu la chance de gagner notre dossard, alors pas question de laisser les autres Marathoniens sans nous.
Pas de stress, contrairement aux 3 autres fois où je l’avais fait (1993 : 2h54′; 2006 : 3h12′ et 2013 : 3h13′) mais cette fois c’est sûr je vais en profiter un max d’autant que l’on a sorti les costumes qui vont bien!
Dès nos premiers pas c’est la folie, on peut prendre une photo avec vous? Japon, Brésil, Australie, Turquie, un joli tour du Monde en images. Du début à la fin nous serons encouragés comme rarement ici et même quand je me suis vautré en me prenant dans les pattes d’éléphant de mon pantalon, j’ai pris un gros plaisir.
J’ai beaucoup critiqué l’organisation de PARIS par rapport aux 5 Majors que j’ai couru jusqu’ici mais je dois avouer que cette année de gros efforts ont étés faits même s’il y a encore quelques petits détails à régler.

 

Trail des reculées

Lolo Trail

unnamed 4Comme mes amis Runnosphériens, je me suis engagé sur la distance marathon mais en montagne, avec 1500m de dénivelé. Le Trail des Reculées nous fait découvrir les magnifiques Reculées de Baume-les-Messieurs (l’un des plus beaux villages de France) et ce de haut en bas, puis de bas en haut, puis on recommence! Je suis parti avec 2 collègues sur un départ prudent mais ça n’a pas duré très longtemps. Très vite, je me suis retrouvé à suivre l’un d’eux à environ 12 km/h, ce qui est trop pour moi sur ces distances. Alors après 22km, il est parti devant alors que de mon côté, je luttais déjà contre les débuts de crampes. Mon rythme a franchement baissé pour les 20 derniers kilomètres pour finalement passer la ligne dans la superbe rue des arcades de Lons après 5h17 de course. Le temps n’est pas très important (surtout qu’il n’est pas si loin de quelques marathoniens « à plat »!), ce fut une très belle course sous le soleil ! L’après course fut encore mieux : Poulet aux vin jaune et morilles avec la bande de copains des Lacets du Lizon. Rendez-vous dans 2 semaines pour cette fois seulement 18km à Clairvaux-les-lacs que j’espère bien plus rapide! CR complet et vidéo bientôt disponibles sur www.lolotrail.fr

Commentaires (0)
Trackbacks (1)
Aucun commentaire pour le moment
Laissez un commentaire

Soumettre