Portrait
Anne Claire … traileuse rock
 
2 commentaires

actempliersQuand mon tour est venu d’interviewer une personne de La Runnosphère, je ne sais pas pourquoi j’ai tout de suite pensé à Anne Claire. Très discrète et atypique par rapport aux autres membres qui ont toujours quelque chose à dire sur un test, une sortie ou encore un coup de gueule à lancer contre je ne sais quel sujet. Et pourtant, je savais dans mon for intérieur que c’était quelqu’un de caractère qui avait pas mal de choses intéressantes à dire ou plutôt à partager. Rockeuse, Marathonienne, Traileuse puis Ultra Traileuse mais comment faisait elle pour faire rentrer tout ça dans une journée de 24h !

L’image populaire du Rock n’Roll c’est plutôt sexe, drogue et alcool pas trop running alors raconte ce qui a fait que tu t’es retrouvée un jour running aux pieds ?
Mon père est mort. Oui je sais, c’est un peu étrange de commencer une interview comme ça, mais concrètement pour moi tout est parti de là, il y a bientôt 4 ans maintenant. Je n’ai aucun mal à en parler aujourd’hui, qu’il n’y ait pas de malaise. C’est donc un cancer du poumon qui a tout déclenché, et un cancer du poumon clairement dû à 40 ans de tabagisme. Quand tu vois ce poison ratatiner un proche en aussi peu de temps, forcément, les réactions extrêmes qui suivent ne se font pas attendre. Je viens d’ailleurs de fêter mes 4 ans sans tabac.
Jean-Guillaume, en voulant arrêter à son tour, a dû commencer par faire un régime sérieux et perdre du poids. C’est à ce moment-là qu’il s’est mis à courir, et je n’ai pas tardé à suivre. J’avais besoin quand j’ai commencé de me rentrer littéralement dans la gueule. Car en plus de mon père, j’avais la même année perdue une amie très chère dans un accident de voiture. J’étais démolie. La course à pied m’a sorti de ma torpeur, ça a été une vraie thérapie pour moi. Aujourd’hui il s’agit surtout de me faire plaisir. Dans la vie quotidienne, la course à pied régule tout mon stress, et dieu sait que j’en ai à revendre ! Je ne peux plus m’en passer.

acacores

Pour ne pas faire les choses à moitié, tu enchaînes très vite avec le Marathon de Paris, l’envie de tout déchirer comme dans tes concerts ?
Le besoin surtout de valider une distance que je ne connais pas, en prévision d’un premier trail important, l’ultramarathon Laugavegurinn d’Islande ! Une cata ce marathon de Paris, j’explose en plein vol au 30e, et fini très péniblement avec un chrono à 4’37. Crampes et total manque d’expérience. On ne m’y a pas repris sur Rome ou j’ai pulvérisé l’année suivante mon record en passant sous la barre des 4h ! Ca donne des ailes pour le prochain 😉

Toujours plus fou, toujours plus fort, tu enchaînes cette fois en sortant des sentiers battus avec 2 épreuves mythiques : La Sainté et les Templiers ! C’est quoi ton cheminement pour en arriver à ces défis ?
J’ai toujours une grosse envie de repousser mes limites et j’aime me lancer dans des trucs fous, j’ai l’impression de vivre l’aventure de ma vie à chaque fois. Ce sont des moments de pure introspection, perdue au milieu de la nature. Des moments hors du temps (alors que le temps compte justement !). Toujours très difficile de revenir à la réalité après des mois de préparation et après avoir finalement réussi à franchir la ligne d’arrivée. Pour être tout à fait honnête, ces défis se jouent aussi très souvent à l’apéro. Ma joyeuse bande d’Urban Runner sait qu’il ne faut pas me lancer des paris ! ;)))

acislande

Musique, photo, voyage, cuisine, blog, JG mais comment tu fais ?
Oui, bon, d’accord. Je serais un peu hyperactive sur les bords….Mais ce qui est bien c’est que certains trucs se combinent très bien ! Par exemple, Voyage/photo/trail est une très bonne combinaison.

Question à la c.., vous courrez le plus souvent à deux, si l’un des deux s’arrête, l’autre aussi ?
On ne s’arrête jamais ! ;)) En tout cas la question ne s’est encore jamais posée. Je pense que c’est une décision à prendre en amont. Il est important d’imaginer toutes éventualités avant le départ. Après, si par exemple Jean-Guillaume devait s’arrêter pour blessure grave ou déshydratation sévère (non non je prends cet exemple comme ça tout à fait par hasard), honnêtement je pense que j’aurais plutôt tendance à ne pas le laisser, donc arrêter !

En 2/3 ans, tu as déjà fait pas mal de gros défis et maintenant ?
Maintenant mon premier ultra trail au milieu des temples D’Angkor, au Cambodge, le 23 janvier prochain. C’est mon cadeau d’anniversaire de moi à moi, pour fêter mes 30 ans. Je voulais un projet fou, je l’ai trouvé.

Ton plus beau souvenir (rassures toi, il y en aura d’autres!) ?
Avant les Templiers, j’aurais répondu sans hésitation l’Islande. Mais bon les Templiers, comment dire…. très dur certes, bouclés en 15h40, certes, mais quel bonheur ! Petit soleil d’automne dans les arbres multicolores, douceur, ambiance, aventure, exaltation, fierté ! C’est dur de choisir au final.

Celui à oublier ?
Aucun. Ils ont tous à leur manière forgé le mental d’aujourd’hui. Je peux te donner le moins bien vécu plutôt : Le trail des passerelles, dans les Alpes cet été : 37 km, 1900 D+ par 36 degrés, et un mari totalement déshydraté. C’était beau mais je m’en rappelle pas lol.

Toi qui as fait les deux, Trail ou bitume ?
Trail évidemment. Bien que je sois prête à envisager un nouveau marathon :))

acrocknroll

Passons côté musique, tu arrives encore à caser tes répétitions, tes concerts, tes virées entres potes hors running ?
Nous casons les répétitions le vendredi et dimanche soir. Les concerts sont exceptionnels donc ça ne pose pas trop de problème à ce niveau-là. Mes virées entre potes en revanche…..lol. Disons que je fais maintenant attention aux périodes durant lesquelles je peux me permettre de faire n’importe quoi (apéro jusqu’au bout de la nuit). Par exemple, je suis en pleine préparation pour le Cambodge. Je sais donc que d’ici 3 semaines (la course est dans 8 semaines), il va falloir que je calme sur les sorties à pas d’heure dès le début de la semaine.
Et sinon, il m’arrive aussi de dormir, parfois.

Autre question à la c.. (ouais je sais, je suis un peu lourd parfois!), si tu devais choisir entre les deux ?
Entre la musique et le running ? Impossible. D’ailleurs il n’y a rien que j’aime plus que de partir sur une course avec 15 heures de playlist. C’est complètement exaltant. Les deux ne sont pas incompatibles, même si j’aimerais profiter de tous mes dimanche après-midi pour siester et me remettre de la semaine (et de la sortie longue du matin aussi). Un peu de rock’n’roll ça fait pas de mal ;))
Choisir entre le running et mes potes, pas possible non plus. Mais là j’ai trouvé une parade en embarquant 2 de mes meilleures amies dans mon délire de course à pied. C’est plus pratique, on culpabilise conjointement en prenant l’apéro ;))

Avec tout ça que penses-tu de l’alimentation en course à pieds ? Utile ? Pas utile ?
AHAHAHAH. Pardon…….Oui oui c’est utile. Sans doute.
J’ai un peu de mal à me discipliner à ce sujet, j’ai un léger problème d’addiction au chocolat et aux pizzas. Et qui plus est, plus je cours, plus j’ai faim, ce qui n’arrange rien. J’essaie de faire attention en règle général mais je n’exclue rien définitivement de mon alimentation, j’en suis totalement incapable. D’ailleurs ça ne m’a jamais empêché de finir mes courses, et je ne vise pas forcément un chrono, donc…

acacores2

Tu fais partie d’un groupe de runners, il t’apporte quoi finalement ?
De la cohésion, de la motivation, un sentiment d’appartenance, de la fierté, de la bienveillance, des conseils, de l’affection, de la sérénité, de l’humour, des envies, des paris, des bouteilles de champagne !

Parlons de la Runnosphère, les plus et les choses à améliorer ?
Il y a une vraie envie, il faut réussir à réunir les gens autour des PRP comme autrefois pour la pérenniser. Organiser des runs dans Paris ou en forêt maybe ?

Pour conclure, quels serait ton message pour l’avenir ?
So long, and thank you for all the fish !

Merci à toi d’avoir accepté de répondre à ces quelques questions.

 

Portrait réalisé par Philippe de The Pink Runner

Commentaires (2)
Trackbacks (0)
Jean-Guillaume B.
dimanche 13 décembre 2015, à 20:52
Il manque juste LA question "Pourquoi tu portes toujours ton immonde casquette à l'envers sur toute les courses ? " :-)
baba AL
dimanche 13 décembre 2015, à 23:07
Yeah, Anne-Claire, viens faire le marathon de Copenhague !
Laissez un commentaire

Soumettre

Aucun trackback pour le moment