Actualité de la runnosphère, Course
Des joies et des déceptions
 
Pas de commentaire

Une course, ça se prépare, on s’entraîne, on tente de se mettre dans les meilleures dispositions pour être performant. Parfois, après la course, on ressent le sentiment de fierté, du devoir accompli. Mais d’autres fois, ça ne passe pas, on est déçu. Mais dans tous les cas, on a envie de recommencer et de relancer la machine pour une nouvelle échéance.

C’est ce que nous témoignent cette semaine Mary, Giao et Jerem dans leurs courses du week-end :

Mary

SONY DSC

SONY DSC

Comment mieux découvrir une ville qu’en courant? C’est ce que proposait cette course, je me suis inscrite sur le 8 km de la Bourges Urban Trail et pour la première fois de ma vie j’ai couru sur le toit terrasse d’un parking, dans les souterrains d’un palais, au milieu de la Halle aux blés… Des lieux exceptionnels, pour une très belle course!

Rdv l’année prochaine pour le 19km et découvrir d’autres lieux!
Toute ma course sur les Baskets Roses

Giao

Francine Hervier_Foulées d'IDF France des Iles 03 juillet 2016La forme revient ! 5 semaines après mon premier 5 km à Puteaux où j’avais fait 23:43″ je récidive sur cette distance rapide où j’explose mon précédent chrono avec 1’10 » d’avance en 22:33″. Je suis trop content, parti  plus prudemment cette fois et accompagné de mon pote Dac Linh Giao Nguyen, mon souffle était parfait j’étais bien sur les 3 premiers kilos. Sur le 4ème nous sommes passés sur la seule partie route ce qui a permis de relancer un peu et de dérouler la foulée sur le dernier kilo en 4:18″. Merci aux nombreux amis photographes sur la boucle dont Francine Hervier auteure de ce formidable cliché.

Son récit complet ici.

Jerem-Runner

Trail des moulins de Mondeville – Entre déception et amertume

13534633_1048695421852279_126024773_nIl y a des jours avec, et il y a des jours sans. Participé au 50 km du trail des moulins de Mondeville en Essonne étant comme un aboutissement de ma saison 2015/2016, un aboutissement qui n’a pas eu lieu… ou presque.

50 km et 1000m D+ ne s’improvise pas, et trouver autant de difficulté sans connaître le coin c’est impossible. L’organisation nous a concocté un parcours sans faille à la fois casse pâte et roulant ne laissant pas de place à l’improvisation. Après une première moitié de course avec de bonnes sensations, voir même de très bonnes sensations, la deuxième moitié fut un peu plus chaotique. C’est à moi maintenant de faire un long travail de réflexion pour comprendre ce qui s’est passé pour que je ne remplisse pas mon objectif de moins de 4h30.

Je garde donc un goût amer de ce trail en l’ayant bouclé en 5h28’33’’ qui passera avec le temps et je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour retrouver mon récit complet sur jerem-runner.com.

Commentaires (0)
Trackbacks (0)
Laissez un commentaire

Soumettre