A travers le monde
La Runnosphère part, court le monde : L’Allemagne
 
Pas de commentaire

346582_206259975_xlargeSuite de la série d’articles « A travers le monde« , après Le Canada et la Suisse, la Belgique, puis le Québec et à nouveau la Suisse, cette fois-ci prenons ensemble la direction de Berlin, où Grego participera au fameux Marathon de Berlin.

Voyons ce qu’il en pense :

– Qu’est ce qui t’a incité à (re)faire cette course ?
J’ai laissé le destin décider pour moi. En effet j’ai gagné le droit de participer à ce marathon grâce au tirage au sort à la loterie à laquelle je m’étais inscrit en septembre dernier, juste après l’avoir couru. Ce marathon est formidable et son finish inoubliable.

– Te sens-tu prêt pour cette course ?

Bof pas vraiment. Ce marathon arrive trop tôt dans la saison. Il m’est difficile durant l’été de m’entraîner correctement et puis la semaine de congé apporte des perturbations : impossible d’aller courir. Bref à l’instar de l’année dernière j’irai courir en mode touriste en ayant juste fait le minimum pour maintenir ma forme (3 séances / semaines soit 6 heures en moyenne). Le chrono est celui qui correspondra à ma « base line ». Mais en aucun cas je ne pourrai battre mon record enregistré à Chicago en 2014 pour cause de manque de préparation spécifique.

– Un mode de suivi live est-il prévu ? Si oui quel est ton n° de dossard ?
En principe oui, mais je ne connais pas encore mon numéro de dossard.

 

– Pour celles et ceux ne connaissant pas cette course, pourrais tu nous dire si cette course est réputée ?
Il fait parti des 6 World Marathon Majors (avec New York, Chicago, Boston, Londres et Tokyo).
Le marathon de Berlin est connu pour être celui des records … pour l’élite. Les records du monde y ont été enregistrés. En revanche je ne dirai pas qu’il est vraiment si roulant que cela pour le coureur «  »tout venant » comme moi. Il est plus difficile que celui de Chicago par exemple.

– Après tes 3h26 en 2015, quel temps comptes-tu faire cette année ?
La même chose… et en essayant de faire juste un peu mieux de quelques secondes pour la forme. Mais de toutes évidence je ne pourrai pas faire beaucoup mieux.

– Apparemment l’arrivée à la porte de Brandeburg suscite beaucoup d’émotions. Attends-tu ce moment avec impatience ?
J’en garde un très bon souvenir. En fait ce n’est pas tant la Porte de Brandeburg qui est « émotionnellement intense » que le brouhaha et l’ambiance monstrueuse. J’ai le souvenir d’un bruit assourdissant venant de la foule sur le dernier Km. C’est très très fort.

 

– As-tu quelque chose concernant cette course dont tu aimerais nous faire part ?
Il faut courir ce marathon. Inscrivez vous ! Il est très grand.

 

Et en attendant son marathon, voici son analyse objective :
Marathon de Berlin 2016 : le point d’ici dimanche prochain.

 

Commentaires (0)
Trackbacks (0)
Laissez un commentaire

Soumettre