Actualité de la runnosphère, Course, Demandez le programme!
Demandez le programme du 5 mars 2017 – Semi-marathon de Paris
 
Pas de commentaire

BastienDjailla

Un des plus anciens membres de la Runnosphère, blog-runner depuis 2006 va s’attaquer à ce que l’on appelle désormais le Fitbit Semi-marathon de Paris ce dimanche avec en ligne de mire son record personnel de 1h33m32s gagné de haute lutte au Run in Lyon en 2015. Ce très sympathique jeune papa d’une petite fille partage son temps entre son blog, les copains de la Runnosphère et sa très jolie famille.

Gregory – Greg Runner

Greg sera également de la partie en prépa Marathon !

« Pour ma part, je serai à ma 8ème participation. C’est sur le semi-marathon de Paris que j’ai accroché mon 1er dossard , et je l’avais terminé en 1h40 pile poil. Depuis, je n’ai loupé que l’édition de 2010. Je l’ai couru dans un sens, puis dans l’autre, avec un record sur cette course en 1h22 en 2014. Cette année, je découvrirai le nouveau parcours, qui permet de visiter la rive gauche »

GregoryGrego On The Run

Le financier de la bande est inscrit à l’UTMB 2017 en août et à 6 mois de l’échéance suprême, il livre ses dernières impressions avant le semi-marathon qu’il disputera dimanche avec les deux autres bleus :

« C’est bizarre, les très bonnes sensations se succèdent aux mauvaises sans que je ne puisse réellement en comprendre les raisons. Souvent le mauvais rendu est dû à des stocks de glycogènes trop basses si j’en crois le chiffre de ma balance juste avant de courir ; si le chiffre est dans les basses eaux cela signifie que je risque de manquer de jambes lors de ma séance. Mais cela n’est pas non plus systématique à 100%. Bref c’est assez pénible de ne pas tout comprendre. En revanche je suis très sensible à l’heure de mon endormissement. Si je dépasse les 23h30… les signes de fatigue apparaîtront, pour disparaître complètement après la première heure de course. Et c’est ça qui est incroyable, c’est systématique à 100% : lorsque je suis sur le chemin du retour je ressens un bien être extraordinaire et qui se poursuit toute la matinée. Et ça c’est l’effet des endorphines ou de la sérotonine de la course à pied matinale ! C’est le pied.« 

Commentaires (0)
Trackbacks (0)
Laissez un commentaire

Soumettre